Retour au bateau et projet de rentrée !

Bonjour à tous,

allez, on va tout d’abord vous souhaiter une belle rentrée à tous ! Même nous, on s’est fait notre rentrée… au bateau ! Après quasi deux mois posés dans une maison à Tartane, au nord de l’île, nous voici de retour sur Dominao, bien amarré dans la mangrove dans un mouillage anticyclonique près du Marin, au sud de l’île ! Le changement est assez radical, on s’était bien habitué à la vie à terre, et surtout au confort de la maison… Les douches à volonté, et même, la climatisation dans la chambre (oui oui, on a sûrement exagéré un peu), c’est terminé ! Retour au bateau avec ses 33 degrés et la douche à la satala (bouilloire en plastique utilisée en Afrique pour la toilette).

balançoire sur les bouts amarrés dans la mangrove !

On a du se remettre rapidement dans le bain : réaménagement dans le bateau (y’en avait partout!), réarmement de Dominao (on avait mis à l’intérieur tout ce qui se trouvait dehors sur le pont), réparation du moteur de l’annexe dont le carbu fuyait… Heureusement qu’on peut piquer une tête de temps à autre, car même si la mer est très chaude à cette période, on est encore mieux dans l’eau qu’à l’intérieur du bateau ! Ça occupe bien les enfants, heureusement.

paysage devant la maison à Tartane

On a dit au revoir aux beaux paysages montagneux et campagnards du nord de l’île, en se disant que l’été avait filé à grande vitesse mais qu’on en avait bien profité quand même ! On est au final pas mal resté dans la maison, faut se motiver à bouger sous cette chaleur ! Et puis y’avait tellement de jeux pour les enfants, on leur avait installé la petite annexe dans le jardin en guise de piscine, et on pouvait descendre à la plage en 5 minutes à pied. On aura quand même réussi à se faire deux cascades avec les enfants, et un petit tour de la presqu’île de la Caravelle, qui était à seulement quelques kilomètres de chez nous (je vais faire défiler les photos un peu plus loin dans le texte que ce soit plus ergonomique) !

Pour Yann, c’était pas la même, il a pas mal enchainé avec le boulot sur le voilier Goélane, et c’était pas facile : en plein cagnard à faire le contorsionniste dans les cales pour reboucher les trous à coup de soudure, je lui tire mon chapeau, il fallait tenir ! Mais il a eu plaisir à travailler car c’était avec un pote, et aussi parce qu’enfin, il a fait une pause « enfants », reprenant un rythme de travail où il partait pour la journée. Ça, ça lui faisait du bien, ça compensait avec la pénibilité du chantier soudure.

plage de Tartane et paysage près de l’anse Spoutourne

Pour ma part, sans avoir trouvé de mode de garde pour les enfants, j’ai fait un peu la mère au foyer ! J’ai fait une pause bateau mais pas une pause enfants ! J’ai quand même trouvé un peu de temps pour écrire le projet de mon futur film, et sur la fin, j’ai bien entamé le développement de notre futur (proche) financement participatif. J’ai été malheureusement pas mal ralentie par des problèmes informatiques… C’est la débandade ! Mon MAC a planté, je l’ai fait diagnostiquer et la carte vidéo étant endommagée, il faut changer l’ordinateur… Au prix que coûte un MAC neuf, je ne peux pas me permettre de réinvestir maintenant. Le réparateur a réussi à le relancer mais il s’éteint sans raison puis se rallume, pas pratique pour travailler avec, encore moins pour faire du montage vidéo, et encore moins pour projeter les films… Voilà, tout pour dire qu’on n’a même plus d’ordinateur pour nos projections ! Quand je relevais notre erreur de travailler avec mon ordi perso pour Ciné SearCus, c’était sans compter qu’il pouvait planter… On a calé une date pendant l’été, dans un bar au Carbet dans le nord ouest de l’île, Katell et Julien nous avait prêté leur ordinateur pour l’occasion, mais vous comprenez d’autant plus notre intérêt à vouloir lancer une cagnotte pour racheter du matériel pour le spectacle !!

Pour finir sur mes déboires informatiques, quelques semaines après mon MAC, c’est mon smartphone qui subissait une dernière fatale petite chute, qui a fait bugger le clavier tactile. Devenu inutilisable, j’ai du en racheter un neuf ! On peut appeler ça de la malchance, ou aussi de l’obsolescence programmée… Bref, notre matos n’est plus tout jeune, et tout casse en même temps !

Quelle belle introduction je vous fais là à notre préoccupation du moment : notre campagne de financement participatif ! Sauf contre-temps, nous allons la commencer d’ici 15 jours, pour une durée d’un mois. Bien-sûr, on se pose dix milles questions : est-ce judicieux de lancer ça maintenant, alors que nous sommes en voyage ? Notre réseau va-t-il suivre ? Combien peut-on imaginer recevoir ? Comment organiser ça ? Comment faire des contreparties sympas qui nous coûtent pas le prix de la cagnotte…

Vous ne comprenez rien à ce que je raconte ? Alors je tente de m’expliquer en quelques lignes :

Nous allons lancer un appel pour un financement participatif pour l’achat de matériel pour le cinéma, et pour ce faire, nous avons choisi la plateforme Ulule, car c’est une des plus connues et apparemment spécialisée dans le domaine culturel. Nous aurions aimé organiser une cagnotte directement sur notre site pour vous éviter de devoir vous inscrire sur ulule si vous souhaitez participer, et aussi pour ne pas payer de commission, mais cela nous aurait demandé trop de boulot informatique que nous ne sommes pas en mesure de fournir.

Alors, c’est quoi le financement participatif :

C’est le financement d’un projet par une multitude de donateurs, une accumulation de petits dons par une multitude de gens qui au final permet de pouvoir financer un projet. C’est une solution alternative, efficace et légale de débloquer des fonds, sans passer par un prêt ou par une subvention. Basée sur l’entraide et la solidarité, cette économie dite collaborative peut nous aider à réaliser et/ou continuer nos projets.

Dans le concret, ça se passe comment : on se rend sur un site internet, pour nous en l’occurrence c’est Ulule, et on propose à tout le monde de participer financièrement, en proposant différents montants, allant de 5 euros, 15 euros, 25, 50, 100, 200 ou encore 500. N’importe qui peut donner le montant qu’il souhaite et en échange, il reçoit des contreparties librement fixées : si vous donnez 5 euros par exemple, votre nom sera mentionné sur notre site internet comme quoi vous nous avez soutenu, pour 15 euros une carte postale, pour 25 l’affiche, 50 le tee-shirt (et contreparties précédentes)… Et pour 500 euros, là c’est le Ciné SearCus Charter qui se remet au boulot !

Voilà, en gros, c’est vous, grâce à vos 5 euros, qui allez nous permettre de continuer l’aventure ! Mais alors il est très important pour nous de le préciser : il n’y a bien-sûr aucune obligation à la participation, et pour ceux qui n’auraient pas le sou, rien que d’en parler autour de vous, diffuser l’info dans vos réseaux, ce sera déjà beaucoup !

On ne dit pas ça dans le vent, car croyez bien que ce financement nous questionne ! Certes, il a un côté alternatif car il permet de récolter des fonds importants sans avoir affaire ni aux banques ni à l’état, mais cela ne signifie pas que l’on fait ça tout seul, bien au contraire, le financement repose sur vous, et ça, forcément, ça nous gêne… Ce type de financement prolifère en ce moment mais rien de plus normal, car aujourd’hui, pour monter un projet, qu’il soit professionnel, personnel ou associatif, bon courage pour trouver des financements ! Alors oui, il y a un côté beau à ce type de financement collaboratif, l’idée du colibri, où c’est la multiplication du petit peu qui fera beaucoup. Mais d’un autre côté, on ne peut pas aider tout le monde, on imagine bien que la sollicitation puisse être grande dans certains réseaux, alors vraiment, surtout, ne culpabilisez pas si vous ne participez pas à notre financement, il y aura bien d’autres moyens de nous filer un coup de pouce !

Encore deux petites choses avant de finir sur ce chapitre barbant. Le financement participatif repose sur le principe du tout ou rien. On fixe au préalable un montant souhaité, et si la somme n’est pas atteinte, tous les donateurs sont remboursés.Il faut donc ne pas se tromper dans la demande, c’est là où de nouveau, on hésite encore… Bref, on a encore 10 jours de réflexion !

Et pour finir, si je vous en parle avant à vous, c’est pour vous dire que si vous avez l’intention de participer à la cagnotte, il serait préférable pour nous que vous le fassiez dès le début de la campagne. De cette manière, si le financement est dès le début bien lancé, il nous permettra d’aller communiquer auprès de réseaux plus larges, de personnes qui ne nous connaissent pas ou de loin, et de paraître crédible au vu de nos soutiens.

C’en est fini pour ces détails un peu pompeux, merci à ceux qui auront été jusqu’au bout !!

Voilà, vous allez donc entendre parler de nous ce prochain mois !! On va en profiter pour diffuser des images de notre voyage, on aurait aimé tourner un nouveau petit court-métrage mais avec les soucis de mon MAC on ne peut plus trop s’avancer sur les nouveaux projets vidéos…

C’est l’école au bateau, pour la rentrée au CP de Noanne !

Et pour la suite de notre voyage, on se prépare à quitter la Martinique pour aller faire un tour plus au sud, dans les Grenadines mais d’ici là, Yann doit finir son chantier soudure sur Goélane (un chantier bateau prend toujours plus de temps que prévu!), repréparer Dominao et son équipage à reprendre la mer, et lancer ce projet de financement !! Vous allez vous dire : « et bien ceux là, ils sont pas partis ! », on aimerait que vous ayez tort, la suite au prochain épisode…

A bientôt !

PS : Au moment où j’envoie ce message, Irma s’éloigne peu à peu des Antilles. Ici en Martinique, nous avons été épargné, mais on a une grosse pensée pour les îles du nord. Saint-Martin et Saint-Barth sont passés dans l’œil de l’ouragan, des vents en rafales allant jusqu’à 300 km/h, l’enfer sur terre… On leur souhaite tout le courage et l’énergie nécessaire pour affronter cette catastrophe naturelle.

 

Ce contenu a été publié dans Antilles 2017, Ciné SearCus 2017. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Retour au bateau et projet de rentrée !

  1. Gwendoline dit :

    Whaou, super contents d’avoir de vos nouvelles et de savoir que vous allez bien 🙂 !! bonne continuation pour la suite du voyage, nous allons guetté le démarrage de la campagne du financement.
    Pour nous retour à la vie à terre et au boulot en sédentaire. Nous allons dévorer avec attention vos prochaines aventures.
    Bisoux de l’équipage du Shantalah (j’ai encore du mal à écrire ex équipage 😉

  2. Hélène dit :

    Oui, merci pour les nouvelles et les photos. Je te lis chaque fois avec beaucoup de plaisir Pauline. Et là, en plus, tu as bien expliqué l’histoire du financement participatif.
    Au Marin, vous n’êtes sûrement pas loin du bateau de Benoît, mon beau-frère, qui vit sur son voilier.
    Bises à vous quatre et à bientôt pour la suite…

  3. Minouche dit :

    Bravo pour ce beau parcours et cette belle écriture qui mélange humour, aventure et qui respire le Bonheur…

  4. Bob dit :

    Merci pour ce nouveau périple, plus terrien cette fois. Pas trop normal pour des marins !!!!! Et votre cascade est plus impressionnante que celle de l’Aubrac vue avec Annick (photos à disposition à votre retour). Bonne chance pour votre projet de financement. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*