La tempête Maria, ou un cadeau d’anniversaire qu’on n’oubliera pas !

Bonjour à tous,

mon dernier message à propos du lancement du financement participatif de « Ciné SearCus » a été envoyé au moment même où l’ouragan Maria nous tombait dessus, et, comme certains me l’ont justement fait remarquer, je n’en ai même pas parlé !

J’avais tout simplement écrit le message antérieurement et il a été envoyé avant qu’on ne réalise la puissance de cet ouragan, et donc, la possible inquiétude de nos familles et amis… J’ai ensuite rassuré les gens sur facebook ( mais tout le monde n’a pas facebook et on le respecte), en oubliant d’écrire un mot sur le site… Donc je me rattrape maintenant !

Il faut aussi savoir que jusqu’à la veille du cyclone, on pensait que Maria n’était qu’une grosse onde tropicale, on n’imaginait pas qu’elle deviendrait un ouragan de catégorie 5 (catégorie maximale), tout comme Irma !!! Tout en nous préparant tranquillement à l’arrivée d’un cyclone, on n’a pas pensé une seule fois quitter le bateau (on s’était posé la question les autres fois), Yann me répétant : « Mais Pauline, nous, ça fait 3 mois que Dominao est préparé en cas de cyclone ! ». Notre voilier est en effet amarré dans un abri anticyclone depuis le mois de juillet. On cherchait à ce moment là où poser notre voilier pendant notre séjour à terre et on a rencontré une belle bande de jeunes squattant un Galion, réplique du bateau de Magellan, dans un mouillage où beaucoup de bateaux venaient se réfugier pendant la saison cyclonique… Parfait pour nous ! Y’a une bonne ambiance au mouillage, on peut faire la fête sur un bateau de fous, et en plus, on est en sécurité, le top ! Bon, je disais ça au début, avec le temps, j’ai surtout envie d’aller voir ailleurs, mais ça, c’est une autre histoire…

Dominao près pour l’ouragan Maria

Pour la tempête Maria, on avait même récupéré une autre ancre, on s’est donc retrouvé avec 4 ancres à l’arrière et 6 amarres accrochées dans la mangrove, on peut dire qu’on était paré ! Je cite le capitaine : « Avec ça, il ne peut plus rien nous arriver ! Enfin, sauf si c’était vraiment un ouragan de malade avec des pluies diluviennes, qui feraient monté le niveau de l’eau… Et Dominao se retrouverait sur la terre ! ». Ah oui, super, mais ça, ça ne va pas arriver, l’ouragan qui arrive, ce n’est pas Irma… Et bien si, mais il est passé juste à côté de la Martinique (le centre de l’ouragan est passé à 70 km au nord-est de l’île), nous évitant le pire. Cependant avec la météo, on est passé par toutes les étapes. La veille, Maria prenait un cap plus sud, donc la Guadeloupe semblait davantage épargnée, et c’est sur nous qu’elle se dirigeait ! La pression monte (la notre, la pression atmosphérique, elle, chute grave), mais on se dit que tout va bien se passer. Le lendemain, jour du passage de Maria sur la Martinique, le 18 septembre, à chaque bulletin météo l’ouragan prenait de la force : c’est comme ça qu’on l’a vu passer de la catégorie 2, puis 3, puis 4 ! Après la Martinique, il est même passé en catégorie 5, la météo des cyclones ayant même déclaré : « s’il existait une catégorie 6, Maria en ferait partie », le délire !

Tout ça pour vous dire que c’est davantage la météo et tout ce qui se passait autour de nous qui nous faisaient flipper (un bateau au Carbet, au nord de l’île, s’est échoué dans les cailloux, un autre sur la plage de l’anse à l’âne). Pour nous, ça allait bien ! Certes le vent a beaucoup soufflé, on a certainement eu des rafales à 110 km/h, mais on connaît ça en Bretagne! La houle est rentrée dans le mouillage pourtant si bien abrité, les vagues claquaient sur la coque, nous ballottant un peu. Mais depuis que l’on vit en bateau, on avait déjà vécu des situations bien plus inconfortables en mer et même au mouillage. Par contre, réaliser que c’est un ouragan qui nous tombait dessus, ça, ça change la donne, la sensation n’est tout de suite plus la même…

Entre temps, je réalise que le 18 au soir, on est déjà le 19 en France, et que c’est mon anniversaire !! Et oui, original comme cadeau ! On s’est dit qu’il fallait qu’en même fêter ça et entre le bruit du vent, de la pluie, du ventilateur, et parfois même du moteur (on a des problèmes de batteries et c’est pas les panneaux solaires qui allaient les recharger vu le temps…), y’avait plus qu’à mettre la zic à fond et oublier tout ça ! Ça a pas mal marché, les enfants étaient contents, et puis ils ont eu le droit à plus de dessins animés, c’était pas mal pour eux !

Sauf que le lendemain, lorsqu’on apprend à la radio et par internet tous les dégâts que Maria a fait sur son passage, ça nous a rendu tout de suite moins joyeux. De plus, on avait passé une nuit orageuse et des pluies diluviennes sont tombées une bonne partie de la journée du 19, nous imposant à nouveau de rester cloîtrer au bateau… On a eu les boules notamment pour le « wahoo café », un bar au Carbet où l’on avait joué cet été et qui a été en grande partie emporté par la houle. Beaucoup de dégâts sont aussi signalés chez nos amis guadeloupéens, et que dire de la Dominique, si ce n’est que cette île magnifique a été dévastée, elle a pris le centre de l’ouragan… C’est triste d’être au milieu de ce chaos, mais il ne faut surtout pas se laisser abattre. Pour preuve, on a appris que des amis et habitués du wahoo café ont mis tous ensemble la main à la patte, le bar a réouvert dès samedi avec un concert de soutien, bravo pour leur persévérance !

Avant et après le passage de Maria

Voilà le court récit de cet énorme ouragan, la vie de bateau n’est pas toujours de tout repos, mais on peut dire qu’on s’en sort bien. D’autres n’ont pas eu cette chance… Dans le monde du bateau, mais aussi du fait qu’on est tout proche des îles dévastées, on entend des tas de récits. Les gens ont vécu quelque chose de terrible, et la suite est peut être même pire… A Saint Martin après le passage d’Irma (et maintenant sûrement aussi en Dominique), la population a du affronter les pillages, les gens armés, tous les blancs ont fui, c’était une sorte de guerre civile… Bref, on pourrait s’étaler encore longtemps et cela ne sert sûrement à rien. Mais le choc est bien là, personne à Saint Martin ne s’imaginait vivre un ouragan si dévastateur que celui d’Irma, jamais un ouragan d’un telle violence n’avait existé auparavant sur les Antilles. Espérons maintenant que Maria sera le dernier, même si la saison cyclonique n’est pas finie (elle va jusqu’à fin octobre).

On a, du coup, fêté mon anniversaire en famille au bateau, certes un peu forcé, alors on s’est rattrapé pour l’anniversaire de Yann 3 jours après en organisant une fête au Galion, toujours au même mouillage donc, mais avec les copains et plus d’espace, dans un lieu magique !

zic dans la cuisine et dessins animés à l’étage !

Sinon, on a toujours le même programme, descendre plus dans le sud pour être davantage protégé et retrouver les eaux turquoises, mais des soucis techniques nous ralentissent le pas… Parfois c’est l’enchaînement de galères et on peut dire qu’on est en plein dedans en ce moment : problème informatique, nos batteries sont mortes, le moteur a besoin d’un bon check up… Alors les jours passent et on est toujours enlisé dans la mangrove…

Le financement participatif me prend également beaucoup de temps et d’énergie. D’ailleurs à ce sujet, certains d’entre vous se demandent pourquoi ils ne voient rien sur notre page facebook. C’est que j’avais oublié de préciser que l’on attendait d’avoir entre 20 et 30% du montant pour diffuser sur nos réseaux sociaux. L’explication, c’est que lorsque des gens qui ne nous connaissent pas découvriront notre page Ulule, ils aient envie de participer en voyant que d’autres l’ont fait avant eux. Comme on dit, le monde attire le monde !!

Je vous remets le lien histoire d’en rajouter une couche :

https://fr.ulule.com/cine-searcus/

Voilà un petit message pas prévu qui m’a quand même pris deux pages. Quand je commence à écrire, on ne peut plus m’arrêter !

Merci en tout cas d’avoir pensé à nous !

A très vite

Pauline

Ce contenu a été publié dans Antilles 2017, Ciné SearCus 2017. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à La tempête Maria, ou un cadeau d’anniversaire qu’on n’oubliera pas !

  1. dji dit :

    Hé bé,vous avez eu chaud au fesses et au tableau arriére!!!
    Tout est bien qui fini bien.
    Bonne annif a vous deux!!!
    bis dji

  2. Katia dit :

    Soulagée de savoir que tout vas bien. Et du coup d’autant plus de plaisir de te lire !!!
    On continue de vous suivre de notre petite ville de métropole ….
    Bisou
    Katia et Maylie

  3. Irma Palacios dit :

    Désolée d’avoir fait tant de dégats par là bas.

    signé: IRMA

  4. Thomas Le viol dit :

    Salut à vous heureux de vous savoir n forme et happy birthday pauline, vu que tu es du 19 .09 comme moi .bon courage et bisous.TOM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*