La 1ere BD de Noanne et nouvelle du financement participatif

Bonjour à tous !

Je « profite » de cette période de confinement pour relancer un peu l’activité sur ce blog !

On va rentrer dans la quatrième semaine de confinement et ça semble se prolonger pour encore un certains temps (ou un temps incertain ?!?) alors il va falloir se changer les idées !

J’avais mis dans mon dernier message le début de la BD de Noanne alors je me suis dit que vous aimeriez peut-être avoir la suite !! On l’annonce comme la première BD de notre fille dans le sens où c’est la première fois qu’elle va jusqu’au bout dans la finition ! Sinon, elle en a déjà plusieurs à son actif, elle adore raconter des histoires et a le souci du détail !! C’était tellement long à finir que toute la famille l’a aidé pour colorier (même Titouan !). On a fait le choix de ne pas corriger ses fautes puisqu’elle a écrit cette BD toute seule donc désolé pour ceux que ça va gêner… Vous pouvez cliquer sur les dessins pour les afficher en grand.

Comme vous pouvez le voir en page de couverture, cette histoire est la tome 1 d’une peut-être longue série !! Elle imagine déjà le tome 2 qui s’intitulerait « les vacances de rêve » ! Fini l’école, c’est l’heure des vacances !! Ne pouvant pas sortir en ce moment, elle s’évade par le dessin, l’art en général… Faisons de même !!

Dans mon précédent post, je vous avais annoncé le report du financement participatif et bien je vais maintenant vous reparler de son lancement !!

Je ne me voyais d’abord pas débuter la campagne en même temps que le confinement mais ça, c’était à une époque où l’on pensait que ça ne durerait pas. On voit maintenant les choses un peu différemment, la vie doit continuer malgré tout et on doit aussi penser à l’après.

Et ce n’est pas pour autant qu’on oublie toutes les victimes de ce virus, les personnes qui subissent de plein fouet ce confinement, les personnes précaires mais aussi toutes celles et ceux qui continuent de travailler avec acharnement pour sauver des vies ou pour nous permettre de nous alimenter… Mais on a aussi besoin de penser à autre chose, de se détendre, de se divertir, bref, de continuer, comme nous pouvons, à vibrer, espérer, voyager au moins dans notre tête, en attendant des jours meilleurs !

Malgré la situation difficile que nous vivons actuellement et les conséquences qu’elle va engendrer, je veux garder espoir que le film sur « Ciné SearCus » sorte un jour prochain ainsi que le livre du journal de bord avec les magnifiques photos d’un voyage inoubliable, gravé à jamais dans nos têtes. Matérialiser ce voyage à l’écran et sur papier nous permettra de le partager avec vous !

J’imagine la sortie du film pour la fin d’année et dès que cela sera de nouveau possible, je vais me replonger dans le montage du film.

Vous devriez donc (si ce n’est pas déjà fait !) recevoir ces jours-ci des infos sur la page de crowdfunding, accompagnée du TEASER DU FILM « Ciné SearCus » !! Je diffuse d’abord la campagne en cercle privé avant de la diffuser à un réseau plus élargi. Dans tous les cas, vous allez entendre parler de nous les mois prochains !

Je vais malheureusement finir sur une note beaucoup moins gaie mais j’avais envie de partager cette tristesse et rendre hommage à une amie sénégalaise qui vient de nous quitter d’une mort foudroyante ce vendredi (pas du covid 19, les symptômes étaient bien différents). C’est Simone, la femme d’Adrien (Adrien, avec son frère Alfred, sont nos tuteurs au village de Niomoune en Casamance). Lors de notre premier séjour à Niomoune, c’est l’une des femmes du village avec qui j’avais passé le plus de temps. On était allé ensemble à la récolte de riz et je l’avais filmé chantant lors d’une pause pour donner la tétée. J’en ai tiré un beau portrait qui orne notre salon. C’est ce sourire que je vais garder d’elle, malgré la fatigue due au travail quotidien et à ses grossesses successives (elle avait 8 enfants…).

Repose en paix Simone…

Au moment où j’écris ces lignes, la cérémonie a lieu à Niomoune et nos pensées vont vers ses enfants, Adrien, Alfred, Hélène, Agathe et toute la famille niomounoise si chère à notre cœur…

La vie est précieuse, prenons soin de chacun de nous, spécialement en ce moment. Bonne semaine à vous tous et à très vite de nos nouvelles !

Publié dans 2020 | Un commentaire

Report du crowdfunding et confinement

Salut à tous !

Comme vous devez vous en douter, on a décidé de reporter le lancement du financement participatif autour du projet « Ciné SearCus ». Comme qui dirait, toutes les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien ce crowdfunding… On vous en dira davantage quand la situation s’améliorera…

Depuis lundi et comme beaucoup de parents, on expérimente l’école à la maison. ça nous rappelle bien-sûr les souvenirs de l’école au bateau ! C’est vrai qu’à la différence de la plupart des gens qui découvrent la vie 24/24 avec des enfants, tout en gérant leur scolarité et leur propre taf (mission impossible quoi !!), nous on l’a déjà expérimenté et on est du coup moins surpris des difficultés à surmonter… La différence c’est que nous l’avions choisi à l’époque ce confinement dans un bateau, avec plaisir même, et on s’y était préparé ! Et pourtant, malgré ça, cela ne nous a pas empêché de nous confronter à la réalité de la vie en promiscuité, on a appris à connaitre nos enfants, vivre ensemble mais ça n’a pas été toujours simple et même qu’on était content de rentrer pour gagner en espace vital !! Alors on imagine bien comment, pour certains, la situation doit être dure à vivre… Ne vous culpabilisez pas, c’est normal ! Et on aurait même envie de vous dire de ne pas vous mettre la pression avec l’école, faites ce que vous pouvez et n’insistez pas si ça ne passe pas, ou si vous ne trouvez pas le temps et bien ce n’est pas grave ! Même si nos enfants ne suivent pas le programme à la lettre pendant quelques semaines, ils vont s’en remettre (ils n’ont pas école pendant 2 mois durant l’été et ils n’en reviennent pas plus bêtes, bien au contraire !). On vous dit ça tout en sachant que cette situation va créer encore plus de disparité sociale qui sera un réel problème pour les enfants qui ne sont pas entourés mais là, l’idée est bien de rassurer les parents bienveillants qui seraient trop stressés par cette nouvelle contrainte de l’école…

L’école en pyjama !

De notre côté, nos enfants pour l’instant le vivent bien et sont motivés mais comme le confinement risque de durer, il va falloir faire preuve de créativité ! Heureusement, on a pu les premiers jours profiter du beau temps, c’est le soleil qui a sauvé nos après-midi que l’on a pu passer dehors ; c’est une chance : vive la vie à la campagne !!

Les enfants voient le bon côté des choses : il peuvent se lever plus tard et faire l’école en pyjama ! Par contre, ils leur manquent la récréation à faire un plouf dans l’eau chaude et turquoise… On ne peut pas tout avoir ! On essaie de leur expliquer la chance qu’ils ont malgré tout de ne pas se retrouver en appart sans pouvoir mettre le nez dehors… Ils vont par eux-même trouver de nouvelles activités, en s’ennuyant on finit toujours par être inventifs ! On regrettait parfois que Noanne dessine moins depuis notre retour, et bien elle n’a pas mis 2 jours pour reprendre son crayon à fond ! Elle est partie sur la réalisation d’une BD et comme ça fait longtemps qu’on n’a pas mis en ligne un de ces dessins, c’est le moment ! Voici un extrait :

On vous envoie à tous nos plus belles pensées, il faut qu’on essaie de rester positifs coûte que coûte, même si parfois, c’est dur de voir du positif dans tout ça… Ha si, y’a la planète qui respire un peu ! En tout cas, restons solidaires et protégeons nous en nous confinant le temps qu’il faudra. Il est vraiment difficile de se faire un avis sur la gestion du coronavirus, on est tellement assaillis par les informations de toutes parts. Il y a aussi beaucoup de conneries qui circulent sur les réseaux sociaux et il est souvent compliqué de faire le tri… Nos amis Sandra et Paolo (qui sont actuellement aux Antilles mais qui ont toute leur famille en Italie) nous parlent d’une situation dans le nord de l’Italie vraiment désastreuse, qui est en train de ressembler à la situation actuelle dans l’Est de la France alors on a du mal à pas prendre ça au sérieux !

Bon courage à tous pour cette période si délicate et on espère à très bientôt !

Des bises confinées

Pauline, Yann, Noanne et Titouan

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

Des nouvelles de Ciné SearCus !

Bonjour à tous !

J’avais initialement prévu de commencer mon message par « Bloavez Mad » (bonne année en breton) mais les mois ont passé et oups, c’est plus trop d’actualité… Ce n’est pas grave, de toute façon on n’aime pas trop les conventions alors on vous souhaite, même en mars, une belle année 2020 !!

J’aurais aussi pu commencer, comme mon message précédent (qui date de l’été dernier !), par « et oui, on existe toujours ! ». La vie à terre nous a indéniablement plongé dans un train-train quotidien qui fait qu’on laisse passer une demi-année sans s’en rendre compte ! Mais tout va bien, « pas de nouvelles bonnes nouvelles » est un dicton qui peut marcher pour nous !

Après avoir passé une première année de retour sous le signe de la transition, de la réadaptation, on espère bien que l’année 2020 sera pour nous l’année de la consécration !!

La familia a la casa !
La familia a la casa !

Yann et moi sommes actuellement en phase de conception/réalisation de nos projets et on a hâte qu’ils se concrétisent !

Yann, comme je vous l’avais déjà expliqué dans mon message précédent, se consacre à la construction de tiny-houses, en 2 (ou 3) modules, pour pouvoir nous accueillir tous les 4 dans un habitat mobile qui se veut au maximum autonome, sain, en lien avec nos idées, dans un esprit de vivre en consommant moins mais mieux… Bref, tout un programme ! Il n’a pas encore attaqué le chantier à proprement dit, pour l’heure il réalise les plans 3D, achète les matériaux et surtout, se renseigne à fond sur tout ce qui concerne les tiny-houses.

De mon côté, j’avais émis l’hypothèse de sortir mon film fin 2019… J’ai été un peu prétentieuse !! Le film est encore en phase de montage, je suis passée par plusieurs versions, plusieurs phases de travail, plusieurs fois j’ai cru que j’arrivais au bout mais à chaque fois j’avais la sensation que je pouvais faire mieux, aller plus loin en réalisant un film qui me représenterait davantage…

Et puis j’ai fait une rencontre au bon moment : Julie, une réalisatrice-monteuse nouvellement installée en Côtes d’Armor, m’a proposé d’apporter son aide. Nous travaillons ensemble depuis décembre et on a réussi à remanier le film, en cassant la chronologie, donnant la parole aux femmes que j’avais interviewées pendant notre voyage, des paroles qui résonnent avec mes propres réflexions. Pour ce film, le projet « Ciné SearCus » se retrouve mis de côté mais comme je ne concevais pas de ne pas le traiter, j’ai décidé de réaliser un second documentaire pour retracer l’expérience de « Ciné SearCus ». Me voilà donc partie pour faire deux films et comme si ce n’était pas déjà bien assez, j’ai aussi l’intention de sortir un livre !! L’idée n’est pas d’écrire un livre à proprement dit mais de mettre sur papier tout ce que j’ai écrit dans le journal de bord ses dernières années. J’écris via ce site internet le récit de notre voyage depuis 2008, lors de notre premier départ en voilier au Sénégal. A la sortie du 1er documentaire « Le bateau-cinéma, de la Bretagne en Casamance », de nombreux spectateurs et lecteurs du blog m’avaient demandé pourquoi je n’avais pas sorti un livre, retraçant notre aventure, à partir du journal du bord. Je vais me rattraper pour ce second voyage !

Les « héroïnes » du prochain film !

Vous vous doutez bien que tout cela prend beaucoup de temps, d’investissement personnel autant que financier. Cela fait plus d’un an que je travaille toute seule, mes demandes d’aides n’ayant jusqu’à maintenant pas abouti. Mais il y a du changement depuis peu : Jérôme Roguez, un ami de Renaud (qui a participé au projet en nous rejoignant à plusieurs reprises avec son voilier « Seafox »), m’a soutenu dans mes démarches et par son biais, j’ai rencontré un producteur qui est prêt à soutenir mon film (celui sur mon cheminement personnel au travers de témoignages de femmes en voyage) ! Les démarches sont en cours, j’ai donc espoir que ce film puisse trouver son financement propre.

Pour le film sur Ciné SearCus, je travaille en auto-production alors, pour récolter des fonds pour sa réalisation, je me lance à nouveau dans un financement participatif ! Ce « crowdfunding » prendra donc la forme d’une prévente de DVD et d’un livre, une sorte d’avance sur recette ! Vous aurez d’ici une dizaine de jours toutes ces infos détaillées en ligne via la plateforme « hello asso » sous laquelle je vais lancer le financement participatif. Vous pourrez donc être les premiers à vous procurer ces merveilles !!

Voilà pour notre actualité, nos têtes complètement prises dans nos projets respectifs !

Avec tout ça, on a mis le spectacle « Ciné SearCus » de côté pour le moment. La dernière fois que nous l’avons joué, c’était en octobre dernier chez nos amis à la ferme de la Talvera. Notre cinéma déjanté plaît toujours autant alors on a du mal à envisager de ne plus le jouer… Peut-être que la sortie du film va nous motiver à relancer une tournée !!

Sinon les enfants vont bien, ça pousse ça pousse ! Titouan a eu 6 ans en octobre dernier et Noanne fêtera ses 9 ans en mai prochain !! Ils vivent bien leur retour même s’ils sont un peu nostalgiques de ce magnifique voyage : Titouan réembarquerait sans réfléchir si on lui disait qu’on repartait en bateau et Noanne si on lui promettait qu’elle allait retrouver une mer chaude et turquoise !

Ils sont maintenant dans une école publique entièrement bilingue français/breton à Pabu. Une petite école avec de belles initiatives pédagogiques, des institutrices au top, les enfants comme les parents sont contents !

Je vous avais parlé d’un reportage nous concernant, réalisé en février dernier par France 3 Bretagne pour l’émission Littoral, et bien sachez qu’il n’a toujours pas été diffusé ! Le montage a tout de même été fait, la diffusion se rapproche, elle est annoncée pour juin prochain.

J’espère que, lecteur.trice.s de ces lignes, vous vous portez pour le mieux malgré la grisaille de l’hiver (quoi que vous n’habitez pas tous en Bretagne !!) et n’hésitez pas à nous donner des nouvelles ni même à passer nous voir (on loue toujours une maison à Quemper-Guézennec, entre Pontrieux et Paimpol dans les Côtes d’Armor) !

Bises de nous 4

Pauline, Yann, Noanne et Titouan

Publié dans 2020 | 3 commentaires

P’tites niouz et dates de l’été

Bonjour à tous !

Et oui, on existe toujours, et même qu’on pense à vous, vous tous qui nous avez joyeusement suivi pendant notre périple autour de l’Atlantique et qui vous demandez peut-être ce que l’on devient !

Et bien ça va bien pour nous ! Les enfants et moi venons de fêter les 1 an depuis notre retour en France, Yann et Dominao ce sera pour le mois prochain… Et oui, un an déjà que nous voilà revenus sur la terre ferme, le temps a filé à toute allure et je crois que ça fait peu de temps qu’on réalise enfin que l’on est rentré !

Il me paraissait difficile de trouver le temps de vous écrire pendant le voyage, mais en fait une fois revenue, c’est pire ! Le quotidien nous a vite rattrapé, on ne s’ennuie toujours pas par chez nous !

Mais je me disais qu’il fallait quand même annoncer officiellement sur notre site que nous avons vendu Dominao ! Une sacrée étape se tourne dans notre vie en ce moment mais comme on a fait les choses en douceur, on le vit bien. On a pris le temps avant de mettre notre voilier en vente, on est resté vivre sur le bateau au port de Pontrieux jusqu’en mars dernier avant de s’installer en location dans une jolie maison bretonne à 5 minutes du port.

On a alors mis Dominao en vente et moins d’un mois plus tard, il avait trouvé de nouveaux propriétaires ! Et ce qui nous remplis de joie : c’est une famille avec deux enfants qui va vivre sur Dominao et partir pour un voyage vers les Antilles d’ici fin 2020. D’ici là, le bateau reste au port de Pontrieux (ils habitent à Grenoble) donc on est encore proche de Dominao pour un moment !

Sinon les enfants ont apprécié leur année scolaire, à l’école publique de Ploëzal mais dans une classe bilingue français/breton. On aura même des photos-souvenirs puisqu’en février dernier, une équipe de tournage de France 3 est venue nous filmer pendant une semaine pour l’émission « Littoral ». La réalisatrice Nina Montagné, qui est une amie, voulait faire un reportage sur une famille vivant sur un bateau de retour de voyage. On pensait que la diffusion se ferait dans la foulée mais le montage n’est toujours pas fait donc on ne pourra pas découvrir ce reportage avant l’an prochain. On vous tiendra au courant de sa diffusion, bien-sûr !

Mais d’ici là, mon film sur notre voyage sera peut-être sorti lui ! Un an que je travaille dessus… Que c’est long ! J’ai d’abord passé la fin d’année 2018 à dérusher toutes les images et à écrire un dossier sur le film pour déposer des demandes d’aides au CNC et à la région Bretagne. Malheureusement cela n’a pas abouti… Donc je me retrouve à réaliser le film toute seule et sans le sou, mais toujours bien motivée ! Et puis j’ai la chance d’avoir de précieuses personnes qui me soutiennent et me conseillent donc je me dis que j’ai de la chance malgré tout !

La phase d’écriture est quasi finie, je suis en plein dans le montage et l’objectif, même s’il sera sûrement difficile à atteindre, serait de le finir pour la fin d’année…

Je vous en dirai plus car dans l’espoir obtenir un peu de financement pour pouvoir sortir le film (mixage, étalonnage…), je pense de nouveau avoir recours au crowdfunding, mais cette fois sous la forme d’une prévente de DVD.

Yann, de son côté, a bossé à droite à gauche sur différents chantiers et pense monter une entreprise dans le multi-service, que ce soit dans le milieu du bâtiment ou du nautisme, ça sert de savoir tout faire ! Mais sa priorité, maintenant que notre bateau est vendu, est de construire une sorte de tiny-house, en 3 modules, qui deviendra notre maison mobile, mais sur terre ! Un copain lui prête un hangar à 5 minutes de chez nous, y’a plus qu’à…

On continue de jouer Ciné SearCus de temps en temps, pour l’instant en couple mais on n’enlève pas la possibilité que Ben nous rejoigne sur certaines dates. Ça change vraiment de présenter notre cinéma déjanté maintenant qu’on est rentré, c’est très décalant mais le public apprécie découvrir ce que l’on a montré en voyage. Et nous, cela nous permet de continuer à voyager, on est notamment parti dans la Drôme pendant les vacances de février, on y a découvert une région magnifique, avec plein de belles rencontres et de lieux sympathiques. Emmener la mer jusqu’à la montagne, le concept est top !

On a aussi emmené la mer à la ferme, en mai dernier, à Loré (61), en jouant Ciné SearCus à l’occasion du festival « l’Appel au Bois Normand » (et plus récemment, dans les Monts d’Arrée).

Voici nos prochaines dates, à noter dans vos agendas :

Je finis ces rapides nouvelles par des photos de la Régate-pirates organisée par Yann la semaine dernière. Notre cher capitaine ne lâche pas l’affaire avec la navigation, il a juste troqué l’acier d’un gros bateau de voyage contre de la voile plus légère !

L’idée était de redescendre le Trieux pendant quelques jours, de Pontrieux à l’île de Bréhat, à la voile ou à la rame, dans la bonne humeur et l’autogestion, à faire seul, ou en famille, entre potes, tout le monde pouvait venir profiter de cette free-party écologique itinérante sur l’Estran, dans un esprit autonome et pas mal improvisé ! C’était très sympa pour une première édition, on est prêt à remettre ça l’année prochaine ! J’ai pris quelques photos mais la plupart on les doit à Solenn, Erwan et Pierre, merci à eux !

Bel été à tous et à bientôt ici ou là !

Pauline, Yann, Noanne et Titouan

Publié dans 2019 | Laisser un commentaire

Des nouvelles de fin d’année !

Demat d’an holl (et oui, faut bien se mettre un peu au breton maintenant qu’on est de retour) !

je me suis dit qu’il était temps, après une longue absence, de vous donner quelques nouvelles !

Tout d’abord, pas d’inquiétude, nous allons bien ! Même si le froid nous attaque, même si le quotidien s’installe, même si Dominao ne quitte plus son port d’attache depuis qu’il l’a retrouvé en août dernier, ça va pour nous !

Première gelée, ça glisse sur le ponton !

On a choisi la transition lente et on reprend la vie terrienne française avec le plus de douceur possible. On ne s’est volontairement pas plongé dans le métro/boulot/dodo, on a fait le choix de rester encore un peu sur le bateau, pour minimiser nos frais et continuer à vivre de peu en consommant le moins possible… Pas toujours facile à faire, mais cela nous permet de prendre le temps pour les décisions d’avenir, comme que fait-on et où allons-nous ? Des idées, des projets, on en a toujours plein la tête, faut juste savoir par quoi on commence !

Yann, toujours aussi actif, fait des petits chantiers à droite à gauche et s’est déjà lancé dans la conception de notre futur habitat. Après être passé par le dôme, le « house-boat », il a jeté son dévolu pour une sorte de « Tiny-house » en trois parties, en gros 3 mobil-homes écologiques et autonomes qui s’emboîteraient ensemble pour faire un grand habitat mobile… sur terre ! Entre le temps de la construction et l’emménagement, il nous faudra trouver un habitat temporaire alors si des personnes nous lisent dans le secteur de Pontrieux, on cherche une petite location pas chère et sympa !

Nous sommes bien conscients que pour nous lancer dans de nouveaux projets, il nous faut nous séparer de notre cher et tendre Dominao, d’une part pour avoir un apport financier, d’autre part parce qu’il nous semble incohérent de garder un bateau de voyage si on ne voyage plus ! Un nouveau départ en voilier n’est pas prévu avant plusieurs années alors il va falloir qu’on mette en vente Dominao, AUTRE APPEL !! Avant de le mettre officiellement en vente, on en parle autour de nous, espérant trouver parmi nos (ou vos) connaissances une famille (ou pas) avec un projet de voyage qui serait intéressée par l’achat de notre bateau. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des pistes, aussi minimes soit-elles… On ne sait jamais !

Photo prise à notre retour à Pontrieux pour un article de presse

Sinon, on a scolarisé les enfants dans leur école d’origine à Ploëzal, à quelques kilomètres de Pontrieux, une école publique mais à l’intérieur de laquelle une classe bilingue français-breton a été crée il y a quelques années. Cela offre à nos enfants la possibilité d’être ensemble dans une classe de 15 élèves, de la petite section au CE1 !

Malgré la persistance de Titouan à nous dire au départ qu’il n’aimait pas l’école, il a fini par avouer que c’était trop bien ! Après les crises du matin pour ne pas se lever, il s’est réveillé pour la première fois tout seul ce matin !

Il faut dire qu’il s’entend hyper bien avec les deux autres enfants de son niveau et il voit bien qu’en comparaison avec sa sœur en CE1 assise sur sa chaise, lui en grande section « ne fait que jouer ». Beaucoup se demandait comment Titouan pourrait tenir en place à l’école et bien il ne semble pas poser de problème et il s’éclate ! Bon, lorsqu’on lui parle ou qu’on lui montre des images du voyage, il veut repartir tout de suite mais le contraire aurait été étonnant. Noanne regrette ses copines de voyage et la mer chaude et turquoise… On la comprend, nous aussi !

Notre fille a du davantage cravacher en début d’année scolaire pour « rattraper » le niveau. Elle bloquait un peu en lecture, elle est passée par le soutien et au bout de 3 mois, ça roulait ! Sûrement grâce à son don pour le dessin, Noanne écrit super bien, elle s’est bien adaptée elle aussi ! Elle se plaignait de l’apprentissage du breton car elle ne comprenait rien mais on l’entend moins se plaindre et plus chanter, compter en breton, c’est plutôt bon signe !

Balade au bord du Trieux à l’automne, quand il faisait encore beau !

Quand à moi, je suis plongée dans la réalisation de mon futur film sur notre voyage, et c’est une nouvelle aventure dans laquelle je m’embarque ! J’ai d’abord rédigé un dossier pour déposer des demandes d’aide à l’écriture, la prochaine étape sera de convaincre une société de production en Bretagne de soutenir mon film. Je suis également en plein dérushage de mes nombreuses heures de prises de vues, j’ai de quoi m’occuper ! A la différence du reste de la famille immergée dans un autre univers, moi je suis tous les jours plongée dans des images du voyage, c’est un peu décalant !

Avec Ciné SearCus, on a joué fin septembre à l’occasion du festival intergalactique des bateaux-spectacles. C’était un week-end complètement fou, il y a eu un monde de dingue, c’était incroyable ! On a pu faire la connaissance de pleins d’autres projets culturels en bateau, ça nous a fait du bien de nous connecter ! Après avoir suivi de loin pendant plusieurs années le projet de « La Loupiote » (Delphine, Franck et leurs deux filles ont fait un tour du monde à la voile pendant 13 ans, faisant du spectacle sur leur bateau), on a enfin pu les rencontrer !! On a bien-sûr rencontré une bonne partie de l’équipe de Festina Lente, retrouvé « Honky Tonk », le voilier « Djelali »…

On a joué notre ciné-spectacle le samedi soir, je crois qu’on n’avait jamais eu une jauge aussi grande mais malheureusement, on n’a pas pris de photos donc je ne peux pas vous montrer ça… L’occasion pour moi de faire un nouvel appel, là aussi on ne sait jamais si quelqu’un nous a vu à Locmiquélic et aurait pris quelques images, on est preneur !

Vue sur la foule du Festival Intergalactique des Bateaux-spectacles

On a aussi fait une magnifique soirée de retour au port de Pontrieux. La météo était au rendez-vous, vous êtes venus très nombreux, c’était beau à voir et en même temps assez frustrant car on n’a pas pu profiter de tout le monde ! On a croisé plus que vu la plupart d’entre vous, mais c’est le sort de ce genre de soirée…

On devait jouer ce moi-ci à l’Elaboratoire à Rennes, lieu collectif où habite Groben mais on a préféré reporter la date en mars prochain. Par contre, on s’est motivé à monter le dernier court-métrage de notre série « Le voyage en bateau, le rêve… Mais pas que ! », tourné en Guadeloupe en mai dernier avec la plupart des copains de la tournée bateaux-spectacles.

Ce court-métrage nous tenait à cœur car il a clôturé la fin de notre voyage et nous a permis de le finir en beauté ! Les 3 capitaines des 3 bateaux-spectacles, Micka, Paolo et Yann, sont mis à « l’honneur » car sans eux, rien n’aurait été possible !
Un gros merci à tous les acteurs : Aurore, Micka, Sandra, Paolo, Surya, Ben, Yann, Pauline, Noanne, Titouan et Nila.
Les copains déjà partis étaient bien dans nos cœurs pendant le tournage : Marion, David, Adria, Renaud, Dominique, Marie et Emilie.
Merci aussi aux caméramans improvisés : Céline et Nino, Pierre et Pauline. Ce film a été mis en musique la semaine dernière par Ben (banjolélé et saxo) et Yann (derbouka).

 Il est intitulé « La Manœuvre », voyez plutôt :

La Manœuvre

Chose promis, chose due : voici le tout dernier épisode de notre série « Le voyage en bateau, le rêve… Mais pas que ! » intitulé « La Manœuvre ».Ce court-métrage nous tenait à cœur car nous l’avons tourné en Guadeloupe en mai dernier avec une grande partie de l’équipe des « Gip SearCus » avec laquelle nous avons organisé une magnifique tournée antillaise à 3 (même parfois 4) bateaux-spectacles.Les 3 capitaines des 3 bateaux-spectacles, Micka, Paolo et Yann, sont mis à « l’honneur » car sans eux, rien n’aurait été possible !Un gros merci à tous les acteurs de « La Manœuvre » : Aurore, Mickael, Sandra (Zazzà Zazzà), Paolo, Surya, Ben, Yann, Pauline, Noanne, Titouan et Nila.Les copains déjà partis étaient bien dans nos cœurs pendant le tournage : Marion, David (Nú Gonzalez), Adria, Reno, Dominique, Marie et Emilie.Merci aussi aux caméramans improvisés : Celine et Nino, Pierre et Pauline.Ce film a été mis en musique au port de Pontrieux par Ben (banjolélé et saxo) et Yann (derbouka).Merci à la Marina Saint-François pour leur accueil ainsi, bien-sûr, qu’à Dominique, notre hôte merveilleuse.Enjoy, Disfruten !!Et partagez si ça vous plait !

Publiée par Ciné SearCus sur Jeudi 13 décembre 2018

Je réalise que je n’avais pas mis en ligne les deux premiers de la série, « L’école » et « L’annexe » :

L'école au bateau, chez Ciné SearCus !

Premier épisode de la mini-série "Le voyage en bateau, le rêve… mais pas que !"Réalisé aux Antilles cette année pour être inclu à la programmation du ciné-spectacle "Ciné SearCus"Avec Noanne/Titouan/Yann Illien, Pauline Le Péculier et l'aide de Benoît GuérinPrise de vue : Renaud EletufeMontage : Pauline Le PéculierMusique : la fanfare des Gyp SearCus !! Avec Aurore à la flûte traversière, Sandra au tuba et percussion, Paolo à la trompette, Yann à l'accordéon

Publiée par Ciné SearCus sur Jeudi 20 septembre 2018

L'annexe

Deuxième épisode de notre mini-série "Le voyage en bateau, le rêve… Mais pas que !"Encore un film qui a été inspiré de faits réels… Et on a parfois tellement galéré à démarrer ce moteur, qu'on s'était dit qu'il fallait en faire un film !A voir jusqu'au bout !

Publiée par Ciné SearCus sur Mercredi 10 octobre 2018

Ces petits films humoristiques sont intégrés à notre ciné-spectacle, on aimerait en réaliser un autre sur notre retour en Bretagne…

On s’imagine aussi se faire une petite résidence par chez nous avant de repartir jouer notre cinéma déjanté sur les routes… ça va changer de l’univers du bateau mais on a envie de confronter notre spectacle à un autre milieu, voir comment il est accueilli hors contexte du voyage en voilier. On est ouvert aux échanges et cette suite s’annonce tout aussi riche.

Ça va commencer d’ici peu car un festival de voyage à Avignon nous propose de venir jouer le premier week-end des vacances de février. Ciné SearCus en famille se prépare ainsi à partir pour une petite tournée dans le sud ! On aimerait se rendre dans la Drôme pour retrouver des copains et en profiter pour jouer là-bas… Qui aurait des contacts ?!?

L’autre nouvelle (ah mais j’en avais des choses à dire!), c’est qu’il va y avoir un reportage sur « Ciné SearCus » (et plus largement sur les projets en bateaux-spectacle) diffusé dans le magazine « Littoral » sur France3 Bretagne, attention !! L’équipe de tournage vient nous filmer à Pontrieux début février pour 5 jours. On organisera un « Ciné SearCus » le mercredi 6 février à la Fabrique à Paroles à Paimpol.

Pour conclure, l’idée ensuite est de tourner dans les Côtes d’Armor au printemps prochain mais imaginez-vous bien qu’avec tout ça, je n’ai pas encore eu le temps de m’en occuper !!

Voilà pour ces nouvelles, qui au final, ressemble à une liste de requête ! En effet, j’aurai pu faire ma liste pour le père noël, ça aurait pu ressembler à cela :

« Cher père noël, cette année nous aimerions :

  • un(e) acheteur(se) pour notre voilier

  • une location pour pas se retrouver sans toit quand Dominao sera vendu

  • des dates dans la Drôme ou ses alentours entre le 11 et le 24 février

  • des dates en Bretagne en printemps/été

  • une société de production en Bretagne ou ailleurs

  • un hangar collectif pour pouvoir travailler, un café-asso pour continuer la dynamique associative, un terrain constructible au bord de la mer…                                                     Père noël, nous avons conscience que la liste est longue mais si on pouvait en avoir deux ou trois, on serait déjà très content !

Merci d’avance

La famille Ciné SearCus »

Allez, je commence à dérailler, il est temps de vous laisser !

On espère que vous vous portez bien, on vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année à tous, quelles qu’elles soient. Moi, j’ai passé noël dernier à l’hôpital de Saint Georges sur l’île de Grenade donc à priori, ça devrait être mieux !

On vous embrasse et à l’année prochaine !!!

PS : On a retrouvé cette photo chez nos amis du voilier « Goélane » revenus également en Bretagne cet été. Cette photo a été prise il y a 10 ans, lors d’une projection en Casamance avec le projet du bateau-cinéma. Heureusement que la photo est un peu floue, comme ça on peut dire qu’on n’a pas pris une ride… La petite blanche au milieu c’est Youna, la fille de Katell et Ju de Goélane. Elle est aujourd’hui en seconde et nous a interviewé sur le thème du voyage pour la radio universitaire de Brest, le temps passe…

2008 – Niomoune – Casamance – projection pour enfants

Publié dans 01- Bretagne, Ciné SearCus 2018 | 3 commentaires

Fête de retour à Pontrieux !

Bonjour à tous,
 
Dominao est rentré à son port d’attache il y a une dizaine de jours et on vous attend à Pontrieux samedi 1er septembre pour fêter ça ensemble !

Le capitaine, pendant sa transat retour, a même dessiné l’affiche !
 
On vous convie dès 18h, pour ceux qui voudraient visiter le bateau, recevoir leurs contreparties… A partir de 19h on lancera la scène ouverte et autour de 21h, on jouera « Ciné SearCus », sur la pelouse juste devant le bateau (c’est la fête de Dominao aussi, fallait qu’il loupe ça !). La soirée se continuera avec des projections et la suite de la scène ouverte.
 
Rien à prévoir, on organise tout ! On va vous concocter un repas végétarien « autour du monde » (à base de riz, légumes bio et locaux et pâte d’arachide du Sénégal) au prix de 5 euros et on vendra aussi des crêpes.
Buvette sur place bien-sûr avec bières bretonnes, vin, cidre, chouchenn, jus de pomme, le tout bio et local, qui dit mieux !
Et pour la petite touche tropicalisée, vous pourrez même boire du bissap (boisson préparée avec des fleurs d’hibiscus qu’on a ramené de la Casamance) et du jus de gingembre.
 
Possibilité également de camper, hésitez pas à me contacter.
 
Pour venir jusqu’à nous, ne soyez pas surpris en arrivant à Pontrieux, la rue principale du centre-ville est interdite à la circulation ce qui engendre une grosse déviation tout autour de la ville, c’est parfois pas évident de s’y retrouver, mais en suivant bien les panneaux de déviation, vous devriez vous en sortir et arriver jusqu’au port ! De plus, pour la plupart d’entre vous vous allez arriver de Guingamp et là, la déviation ne pose pas de problème pour aller au port.
Une fois arrivée au port, vous allez passer devant le Schooner Pub, vous continuez tout droit, direction Quemper-Guezennec, vous longez le port avec tous les bateaux à quai et nous on est tout au bout, juste avant le panneau de sortie de Pontrieux, vous verrez notre bateau jaune à 2 mats et surtout les barnums qu’on aura installés d’ici là sur la pelouse. Vous pourrez vous garer juste après, y’a un espace de parking.
 
Voilà, si j’ai oublié des trucs, vous pouvez me contacter, par mail (cinesearcus@gmail.com) ou par téléphone au 06 79 95 92 49.
Et pour ceux qui ne pourraient pas venir, vous pourrez nous retrouver fin septembre pour le première rencontre intergalactique des bateaux-spectacles organisée par Festina lente, je vous mets l’affiche parce qu’elle est trop belle (signée Soizic Séon) !!
Retrouvez la programmation ici : https://www.facebook.com/events/552192098509975/
 
Merci et à bientôt !
Bises
Pauline, Yann, Noanne, Titouan, et Groben
Publié dans 01- Bretagne, Ciné SearCus 2018 | 2 commentaires

Ciné SearCus de retour en Bretagne !

Arrivée de Dominao à l’île de Groix

Bonjour à tous,

après vous avoir annoncé le départ de Dominao des Antilles il y a deux mois environ, il fallait bien que je vous annonce son arrivée !!

Yann et son équipier Tom sont arrivés dimanche soir à l’île de Groix !

Parti le 22 mai de Marie-Galante (Guadeloupe) en compagnie de notre ami Renaud, Yann avait d’abord navigué pendant 24 jours jusqu’à l’île de Flores aux Açores. La navigation était tranquille, hormis une panne de démarreur qui les aura fait arriver à la voile, mais au final ça fait plutôt classe ! Laissant les enfants à ma gentille maman, j’ai ensuite fait la folie de rejoindre Yann pour une semaine aux Açores, à l’île de Faial, pour découvrir le mythique port d’Horta et avoir même l’occasion d’y jouer Ciné SearCus ! Yann avait déjà eu le temps de se trouver des compères pour organiser des petits concerts dans quelques troquets locaux dont au légendaire « Peter’s bar », rendez-vous incontournable des navigateurs au long court !

Ciné SearCus à Horta : sans enfants, sans Groben, sans la troupe des Gyp SearCus, on a assuré mais on s’est senti seul !!

Camille, Seb, Yann et Vincent en concert semi-improvisé au « Peter Café Sport » dit « Peter’s bar »

Nous avons ensuite visité l’île de Pico, puis Yann est parti à Ponta Delgada, pour attendre une météo plus clémente. Il est parti le vendredi 13 juillet (pas superstitieux le gars !), avec deux équipiers rencontrés à Horta, Vincent et Tom. 11 jours de navigation, avec du vent dans le nez qui ne les poussera d’abord pas jusqu’en Bretagne, mais en Galice, à la Corogne, après 3 jours de moteur et précédé d’un bon coup de vent qui aura réussi à coucher Dominao et déchirer le génois ! Plus on approche de la Bretagne, plus la météo se corse !! Ils ont laissé Vincent en Galice qui avait prévu de continuer son périple d’ici, en repartant à vélo !

Yann et Tom ont donc fini seuls pour traverser le Golfe de Gascogne en 3 jours mais en essuyant deux dépressions dont la dernière avec des vents à 35 nœuds et une bonne grosse houle, pas facile ! Mais ils sont arrivés à bon port sans casse, bravo à eux et à Dominao, ça sert d’avoir un bateau costaud dans ces cas là !

départ de Ponta Delgada et départ de Vincent en vélo de Galice

C’est moi qui vous raconte cette transat, donc là, c’est un peu moins intéressant car ce n’est pas moi qui l’ai vécu !! Alors passons directement à autre chose en vous récapitulant nos dates de retour !

On organise une mini-tourné bretonne pour fêter le retour du projet « Ciné SearCus » en terre natale, il n’y a que 4 dates alors on compte sur vous pour les retenir, les diffuser, y participer !… !!

  • On commence dès ce week-end à l’île de Groix, on jouera le vendredi 3 et le samedi 4 août.

  • RDV ensuite à Douarnenez le vendredi 10 août à la place de l’enfer suivi du concert de Cumbia de nos amis de « La Cosecha Del Barrio Loco » ! Vous pouvez partager l’événement sur facebook avec ce lien https://www.facebook.com/events/476035259486543/
  • Grande Fiesta de retour le 1er septembre au port de Pontrieux : on jouera « Ciné SearCus » suivi d’une scène ouverte avec restauration et buvette sur place – Dès 18h (affiche à venir)
  • Et enfin pour ce qui nous louperiez cet été, séance de rattrapage le samedi 29 septembre à Locmiquelic pour la 1ere rencontre intergalactique des bateaux-spectacle ! Voir l’événement co-organisé avec Festina Lente sur https://www.facebook.com/events/552192098509975/

Tous nos spectacles sont joués à la tombée de la nuit et en participation libre au chapeau.

Pensez à amener votre chaise et votre petite laine (on est plus aux Antilles!).

Voilà pour ce petit message d’infos, on n’en revient pas d’être revenu au pays, et on a hâte de tous vous y revoir !

Alors à bientôt !!!!!

Pauline, Yann, Noanne, Titouan et Groben !!

PS : Comme je n’ai pas eu le temps d’écrire sur notre magnifique tournée-spectacle à 3 bateaux, je vous mets en lien deux vidéos qui parle de cette belle expérience. La première lors de notre passage à la télé sur Guadeloupe la première et la seconde sur notre participation au festival de rue « Lézards Ti Show » en Martinique en mars dernier. Notre ami Renaud avait filmé avec ma caméra une bonne partie des spectacles, de l’ambiance… Il a ensuite donné ces images au festival qui a demandé à un monteur d’en faire un teaser. Grâce à Renaud, toute la troupe des « Gyp SearCus » est présente à l’image, et la vidéo est vraiment bien montée, on est content de ce souvenir de pros !!

 

Publié dans 01- Bretagne, Ciné SearCus 2018 | Un commentaire

Départ de Dominao pour les Açores et prochaines dates bretonnes

Toute l’équipe des « Gyp SearCus », souvenir d’une expérience collective inoubliable de 3 bateaux-spectacles !

Bonjour à tous,

c’était prévisible qu’avec cette intense tournée-spectacle à 3 bateaux je n’aurais pas le temps d’écrire sur le site ! Deux mois sans nouvelle mais heureusement, pour la plupart d’entre vous, vous nous avez suivi grâce à notre page facebook bien alimentée :

www.facebook.com/cinesearcus

Vive les gitans des mers !

J’espère pouvoir trouver le temps de faire un compte rendu ultérieur de cette incroyable expérience collective que nous avons vécu ces 3 derniers mois mais pour l’heure, je voulais vous annoncer le départ de Dominao pour les Açores !

Le jour du départ avec les copains

Eh oui, à peine remis de cette folle tournée guadeloupéenne, Yann et Renaud se sont plongés dans la préparation du bateau pour le grand retour. Ils sont partis mardi dernier (le 22 mai) de Marie-Galante, avec un magnifique au revoir grâce aux copains présents pour le départ. C’était émouvant, Yann et Renaud sont partis charger en belle énergie, pour cette première traversée retour.

Ils ont prévu entre 25 et 30 jours de navigation, vous pouvez les suivre via ce lien

https://share.garmin.com/YANNILLIEN

grâce à notre téléphone satellite, normalement ils mettent un waypoint par jour qui correspond à leur position. Nous avons la chance de pouvoir les contacter par sms en cas de besoin, ça rassure. Ils ont également le même routeur que pour notre transatlantique en famille : notre pote Ludo, un grand merci à lui !

Forcément, ça m’a fait tout drôle de voir partir notre bateau et notre capitaine, je suis en train de vivre une expérience de femme de marin ! Pour les enfants aussi c’était dur de voir partir leur papa avec leur maison, mais ils sont bien entourés, tout va bien pour eux. Pour le moment, nous profitons encore deux semaines de la Guadeloupe, en allant passer quelques jours chez différents amis. Nous avons d’abord débarqué sur Asikel et avons passé 3 jours tranquilles à Marie Galante, nous sommes allés au mouillage à l’anse Canot. Cela faisait plus d’un an qu’avec Dominao on pensait y aller tellement ça semblait paisible et au final, nous avons découvert ce magnifique coin avec Asikel, merci les copains ! Le mouillage paradisiaque par excellence qui m’a rappelé tous ces beaux moments passés aux Grenadines et aux Antilles en général :

Les enfants et moi prenons l’avion le 7 juin de Point à Pitre pour Paris puis on ira d’abord en Mayenne, retrouver la famille, après 2 ans sans les voir, ça va faire du bien !

Je voulais également vous écrire pour vous parler de nos dates de retour : alors tous à vos agendas ! Dominao pense débarquer sur les terres bretonnes début août, où ? Bien-sûr ça restera incertain jusqu’au bout ! En tout cas, on souhaitait organiser deux grosses soirées de retour : une dans le Finistère après l’arrivée de Dominao des Açores, et une à Pontrieux pour le grand retour chez nous !! On a choisi Douarnenez pour organiser une première grosse soirée-retour, car nous y avions passé un mois lors du départ en juillet 2015 et l’escale nous avait beaucoup plu. Ce sera un grand plaisir de revenir jouer à la place de l’enfer, avec un spectacle qui ne ressemble plus du tout à sa première version ! Et pour marquer le coup, la soirée sera suivi d’un concert de nos amis de la « Cosecha Del Barrio Loco », quel honneur pour nous qu’ils viennent participer à notre soirée retour, nous sommes super reconnaissants, contents, et tout et tout !! Et cette date, à ne pas manquer donc, ce sera LE VENDREDI 10 AOUT à Douarnenez. Pour la date à Pontrieux, après maintes et maintes discussions (pas facile de caler une date pour convenir à tout le monde), on a fixé la date du SAMEDI 1er SEPTEMBRE à Pontrieux. Les deux week-ends d’avant sont pris par la superbe programmation du Bal Monté (http://lebalmonte.strikingly.com/), crée par nos chers copains alors il n’était pas question de leur faire concurrence (d’autant que le bal monté sera installé à Pontrieux). Cela laissera le temps à Dominao d’arriver jusqu’à Pontrieux, à nous d’atterrir un peu avant de vous organiser une belle soirée de retour chez nous où l’on espère grandement que vous viendrez nombreux, et de loin ! On espère aussi que l’approche de la rentrée ne freinera pas votre envie de vous déplacer… Le 1er septembre, c’est une date facile à retenir, on compte sur vous  !!

Dernière affiche de la tournée en Guadeloupe réalisée par Surya

Allez, pour finir, et comme ce message était surtout dédié au départ du capitaine, je vous mets en lien une vidéo de Yann transformé en Dj crêpe, c’était pour la dernière soirée de la tournée, à la marina de Saint François, Yann a de nouveau concrétisé une idée qui lui trottait dans la tête depuis bien longtemps : se transformer en Dj tout en tournant des crêpes, avec écran de cinéma sur le bateau… Il a mis l’ambiance en peu de temps, un sacré concept à développer ! Aurélie, la superbe crêpière qui avait installée son matos (elle nous avait proposé de faire des crêpes pour soutenir notre projet) a bien suivi le délire, c’était top : 

Dj crèpe en Gwada !

Yann en rêvait, il l'a fait : se transformer en Dj crèpe, le temps d'un soir, avec écran de cinéma sur le bateau… C'était à la marina de Saint François (Guadeloupe) il y a 3 semaines, pour la dernière soirée de la tournée à 3 bateaux, on a bien marqué le coup !Merci à Aurélie la superbe crépière pour sa participation !

Publiée par Ciné SearCus sur dimanche 27 mai 2018

Voilà pour ces courtes nouvelles, je ne sais pas si j’aurai beaucoup plus de temps libre en France entre les enfants et les retrouvailles mais on a encore pleins de trucs à partager. On a notamment réalisé de petits films pour les intégrer à notre spectacle, et que nous n’avons pas encore diffusé sur internet… Donc on vous réserve encore pleins de surprises, même si le voyage aux Antilles se terminent pour nous !

A bientôt, en vrai ou lors de mon prochain message !

Pauline, fraîchement débarquée de Dominao

Publié dans Antilles 2018, Ciné SearCus 2018 | 4 commentaires

Tournée à 3 bateaux-spectacles aux Antilles

Bonjour à tous,

Plus on approche de la fin du périple, et moins j’arrive à prendre le temps d’écrire ! C’est que peu de temps après mon dernier message, nous avons rejoint les deux autres bateaux-spectacles et depuis, le temps défile, ça n’arrête pas !

premier cabaret à Bequia, Grenadines

Nous avons d’abord retrouvé le voilier « Eurydice » (compagnie « Baraka Circus ») avec Micka alias « captain adventure », Aurore, et… Surya ! Et oui, Surya ! Ceux qui nous suivent depuis le début de Ciné SearCus doivent voir de qui on parle. C’est avec Surya qu’on a monté (Ben, Yann et moi) la première version du spectacle « Ciné SearCus », que l’on a tournée à partir de mai 2015 en Bretagne. On avait fait les premiers mois de voyage ensemble puis nos routes se sont séparées. Entre temps, Surya a traversé l’Atlantique et s’est un peu posé en Martinique, autour de l’association « Lézard Ti Show ». C’est comme cela que l’on s’est recontacté, Surya nous a motivé à participer au festival des arts de rue « Lézard Ti Show » et il avait très envie de nous rejoindre. Micka et Aurore avait déjà fait sa connaissance aux Canaries, et ont accepté de le prendre comme équipier/artiste sur leur bateau. Au départ, on devait se rejoindre en Martinique (on avait finalement demandé à Asikel d’arriver en Martinique) mais « Eurydice », après plusieurs mois de travaux, avait très envie de faire ses premiers essais en mer. On s’est donc rejoint début février à Bequia, petite île des Grenadines en dessous de Saint Vincent, après avoir quitté l’île de Carriacou avec difficulté, tant on s’y sentait bien. Nous avions une semaine devant nous avant l’arrivée d’Asikel. On a trouvé quelques plans pour les « Frenchy Froggies » pour jouer dans les bars/restaurants qui longeaient la plage (j’ai même poussé la chansonnette avec Ben le soir de la Saint Valentin dans un restaurant à l’ambiance sympathique) mais nous ne trouvions pas de lieux adaptés pour jouer Ciné SearCus. Micka et Aurore avaient très envie de relancer leur spectacle sur bateau, alors ils nous ont proposé d’organiser un évènement ensemble, où l’on mêlerait acrobaties et musique, et c’est ainsi que l’on a monté ensemble, 3 jours à l’avance, un mini cabaret à Bequia ! Y’avait pas mal d’improvisation, de la chance aussi car juste avant de commencer, la pluie a pointé son nez mais n’a pas fait fuir les gens, et c’est passé !

Les gens étaient ravis, il faut dire qu’ils n’ont jamais l’occasion de découvrir ce type d’offre culturelle. C’était le jour du carnaval, alors une maquilleuse nous a maquillé pour l’occasion. Nous étions de beaux pirates !!

Notre rencontre commençait donc sur les chapeaux de roues ! Alors que nous avions d’abord convenu de ne pas faire de spectacles communs mais plutôt de présenter nos spectacles indépendamment, on a fait tout le contraire mais on était content ! Il nous a fallu ensuite vite quitter Bequia car entre temps Asikel était arrivé de sa transat et nous attendait à Saint Anne. On a bien galéré à remonter vers la Martinique. Malgré les idées reçues, la météo n’est pas toujours bonne dans les Caraïbes ! Vous ne voudrez peut-être pas nous croire mais on a eu une saison pourrie, avec beaucoup de pluie, du jamais vu, quasi tous les jours ! Le vent souffle aussi, souvent beaucoup, créant une méchante houle… Dans ces conditions, c’était pas évident de faire du « près » pour remonter l’arc antillais. Après s’être fait un peu brassés, nous avons fini la navigation au moteur pour retrouver nos chers amis sur « Asikel » à l’anse Caritan. Après un an, enfin les retrouvailles !

On leur a à peine laissé le temps de débarquer qu’on a refait une réunion d’équipe et les idées fusaient ! Yann porte un rêve depuis des années : monter une structure flottante avec 3 bateaux et organiser un évènement sur l’eau, où le public viendrait en annexe. Micka avait également pensé à cette idée, et le lieu idéal pour le faire aux Antilles était la baie du Marin : des centaines de bateaux, un mouillage au calme dans la mangrove, il fallait le tenter ! C’est comme ça qu’une semaine après nos retrouvailles avec « Asikel », on organisait un cabaret flottant !!

Et comme cela ne nous suffisait pas, on a également organisé une soirée à la marina du Marin pour présenter nos spectacles à terre. Micka et Aurore ont présenté leur spectacle sur bateau « Soyez polis ! » (corde lisse, trapèze, poème, musique), et Paolo et Sandra leur tout nouveau spectacle de magie/clown/musique intitulé « The Magico Family’s SearCus Show ». ça faisait un peu beaucoup pour « Asikel » après avoir tout juste traversé l’Atlantique alors pour monter la structure flottante, on a fait appel à un autre bateau-spectacle (le voilier « Gaïa »). Son capitaine Dom fait du mime, et son bateau a servi de scène pour le cabaret. On a organisé deux soirées, une mardi et une samedi, avec bar flottant, petite restauration… La totale ! La partie artistique était un peu floue, organiser un évènement de cette ampleur une semaine à l’avance, ça n’a pas que du bon ! Mais on avait plein de petites formules à présenter : corde, tissu, trapèze, mime, magie, musique, cinéma… Le public a été émerveillé, c’était un moment magique ! Rien que le concept, de se retrouver sur l’eau dans son annexe à regarder de gentils fous présenter un cabaret impromptu, c’était tellement unique que ça excusait les petites longueurs et autres couacs techniques ! On a même fait un peu de sous, en participation libre, on s’en est bien sorti !! Maintenant ça nous donne envie de remettre ça mais il va falloir trouver un autre endroit propice… Faire venir le public avec leur annexe, dans un mouillage qui bouge pas trop, c’est pas évident à trouver !

Notre marathon n’était pas fini car à peine remis de notre cabaret flottant, il fallait enchaîner sur l’organisation de notre venue au festival « Lézard Ti Show ». On pensait se rendre au Carbet, dans le nord de l’île, en bateau, mais une houle d’ouest s’est levée sur l’île, faisant même s’échouer quelques bateaux sur la côte… Beaucoup de houle était annoncée au mouillage du Carbet, alors pour la tranquillité de tous, et surtout des capitaines, on a décidé de laisser nos bateaux dans la baie du Marin et de louer une voiture pour nous rendre au festival. 2 petits jours pour organiser tout ça, juste le temps pour moi de me faire voler mon portable dans la laverie du Marin, histoire de rajouter un peu de piment dans nos aventures ! Je me suis retrouvée à faire la flic en regardant la vidéo de la caméra de surveillance de la laverie pour retrouver le voleur, j’ai du aller porter plainte… Le gars était connu de la marina et des gendarmes mais pourtant, à l’heure qu’il est, on ne l’a toujours pas retrouvé ! Bref, adieu le smartphone acheté il y a quelques mois et adieu également tous mes contacts car je n’avais malheureusement pas fait de sauvegarde (si, sur la carte sd qui se trouvait… dans mon téléphone !). Pas pratique donc avant d’aller au festival, mais il restait la ligne de Yann et Renaud m’a prêté un téléphone, il existe des voleurs mais il existe aussi des gens bien, merci Renaud !

Pour nous, le festival « Lézard Ti Show », c’était une petite semaine à terre (d’abord logés en tente puis dans une jolie villa, la classe !), la réunion de tous nos spectacles (Ciné SearCus, Magico Family’s SearCus Show et Baraka Circus avec le solo d’Aurore à la corde), la reconnaissance d’être payé pour nos spectacles (on avait tous un cachet), un festival familial, convivial, le top ! Les enfants se sont éclatés, on a tous coupé de l’ambiance bateau et on a fait de belles rencontres terriennes. Point de vue artistique, c’était pas évident de jouer dans un festival d’arts de rue, tous les spectacles s’enchaînaient, il fallait être prêt rapidement tout en faisant preuve de patience avec le retard dans la prog, les artistes programmés dans la journée étaient en plein cagnard… Avec Ciné SearCus, on devait jouer à 19h15 et on a joué à 20h, l’heure du repas. De plus, le public attendait le spectacle de feu prévu à 20h15 donc on n’a pas vraiment eu un public attentif pendant toute la projection, certains sont partis pendant l’entracte. Nous étions le spectacle qui durait le plus longtemps, le public était habitué à voir se succéder des formules de 20 minutes, c’était pas évident de tenir le public, on a un peu subi le spectacle.

Il faut dire que Yann n’avait pas eu 5 minutes à lui dans la journée. Il avait participé à la fanfare à midi, ensuite il avait joué de l’accordéon pour le spectacle de notre ami jongleur Adrian, puis pour le solo d’Aurore, tout en montant le matériel de projection et gérant le spectacle de Surya juste avant Ciné SearCus car Surya utilisait notre matos de projection ! Dur d’être complètement dedans, mais on fera mieux la prochaine fois !

Pour Paolo et Sandra, c’était la deuxième fois qu’ils présentaient leur spectacle de magie/clown/musique qu’ils venaient tout juste de monter au Cap Vert. Leur spectacle se nomme « The Magico Family’s SearCus Show » :

Pour Aurore, elle présentait pour la première fois un solo de corde accompagné musicalement par Sandra, Ben et Yann :

Voilà pour ce compte rendu artistique et collectif ! Je n’ai pas trop de recul pour vous parler de mes états d’âme, pas assez de temps non plus pour me poser, mais il y a suffisamment de photos pour vous donner une idée de ce que l’on vit en ce moment ! Une expérience collective, même si elle pèse parfois, même si elle demande beaucoup d’énergie à tout un chacun, est en même temps hyper enrichissante, c’est toujours incroyable de se rendre compte à quel point on peut organiser des trucs de ouf à plusieurs ! C’est pas tous les jours simples mais ça nous apporte beaucoup ! On a chacun des personnalités diverses, on ne se connaissait pas tous à l’avance, le cabaret flottant et « Lézard Ti Show » ont amené de nouveaux équipiers/artistes… ça vit ! On a des spectacles indépendants mais l’envie commune de se retrouver autour de la musique, montant ensemble une petite fanfare, mais cela demande des temps de répétition, pas toujours facile à organiser entre notre quotidien, les enfants, l’entretien des bateaux… Et j’en passe ! Le tout est de se faire plaisir, et pour l’instant, on y arrive !

La fanfare au cabaret de « Lézard Ti Show » et au Kokoarum à la marina du Marin

Nous sommes dans une situation bien différente des deux autres bateaux-spectacles. Nous souhaitons toujours rentrer en Bretagne cet été alors que les autres restent de ce côté de l’Atlantique… On incite du coup à accélérer le pas, ce qui n’est pas dans nos habitudes, mais il ne nous reste qu’un bon mois ensemble avant que Dominao se prépare pour la transat retour ! Et comme les enfants et moi rentrons en avion, courant mai, juin au plus tard, nous serons rentrés ! La fin du voyage s’approche, et les envies se mélangent : envie de faire d’autres escales tout en ayant envie de profiter des copains rencontrés ici… On ne pourra pas tout faire et les choix sont difficiles ! Pour l’heure, on termine notre séjour en Martinique en organisant une dernière date à Saint Pierre où, avec une association locale, nous organisons une collecte pour la Dominique. Notre prochaine escale sera donc cette île ravagée par le cyclone Maria en septembre dernier, on ira y déposer notamment du matériel scolaire et on va voir pour y faire une représentation. Ensuite, on prendra le Cap sur la Guadeloupe…

ça me fait tout drôle de me dire que mon prochain message sera sûrement le dernier avant le retour… D’ici là, vous pouvez toujours nous suivre sur notre page facebook www.facebook.com/cinesearcus. La publication de nos photos du cabaret flottant a fait un petit « buz » sur la toile et a propulsé nos mentions « j’aime » à plus de 1000 personnes. Plus de 1000 personnes suivent nos aventures sur le net, wahou !!

Bises printanières à tous

Pauline and co

Publié dans Antilles 2018, Ciné SearCus 2018 | 2 commentaires

Une fin d’année pas comme les autres…

Bonjour à tous,

Tout d’abord, je vais commencer l’année par m’excuser pour cette longue période sans nouvelles. Mais j’ai eu des circonstances atténuantes…

Ville de Saint Georges, Grenade – décembre 2017

Vous n’avez pas trouvé mon dernier message trop idyllique ? Non mais franchement, se promener comme ça dans les Grenadines, enchaînant mouillages de rêve sur mer turquoise, c’était pas un peu « too much », trop paradisiaque pour être vrai ? Figurez-vous que c’est un peu ce que je me disais, on est vraiment bien là en bateau, je ne me lasse pas de me baigner et de faire du snorkeling dans ces eaux magnifiques, je pourrais ne faire que ça ! Et bien la vie m’a rappelé à l’ordre, et après une période plutôt rêvée, j’ai vécu un cauchemar !!

Seulement une semaine après l’arrivée de Ben, je suis tombée malade, mais un truc qui m’a terrassé au lit, jusqu’à m’emmener à l’hôpital, et tout ça pour les fêtes de Noël !! Beaucoup d’entre vous sont déjà au courant, mais il faut bien que je vous conte un peu cette mésaventure, qui fait aussi partie du voyage.

Les choses s’étaient pourtant plutôt bien déroulées suite à l’arrivée de Ben. Deux jours après son atterrissage à Grenade, on jouait avec lui « Ciné SearCus » sur la plage devant notre mouillage à Hog Island. On a ensuite fêté son anniversaire 3 jours plus tard (avec un barbecue langoustes, le festin !) et au bout de seulement une petite semaine, Ben et Yann jouaient leur premier set musical dans un bar, payé par un américain pour l’enterrement d’un de ses amis !!

Mais en rentrant ce soir là, j’avais bien mal à la tête et sentais la fièvre me monter. Je vais me coucher direct sans manger, les enfants me demandent ce que j’ai : « Ne vous inquiétez pas, demain ça sera passé ». Je ne me suis jamais relevée ! Clouée au lit dans le bateau pendant les 3 premiers jours, on pensait que j’avais choppé la dengue (virus transmis par piqûre de moustiques) donc il n’y avait rien à faire à part attendre que la fièvre se calme. Mais après 2 jours, j’ai commencé à vomir tout ce que je mangeais et buvais. On a pris conseil auprès d’Hélène, médecin qu’on venait de rencontrer sur le mouillage. On a également appelé Vincent, notre ami médecin en Martinique. Ils pensaient aussi à la dengue mais mon état ne s’améliorant pas, on a préféré se rendre à l’hôpital. On était un peu perdu et on nous a orienté vers une clinique privée, l’erreur fatale !! Nous avons d’abord vu un médecin, qui m’a laissé parler 2 minutes top chrono, qui m’a fait une prise de sang pour ensuite me faire monter au service des urgences car j’étais très déshydratée. Le rendez-vous nous a coûté 80 dollars local (environ 30 euros), jusque là, c’était normal. Mais une fois installée dans un lit avec ma perfusion, surprise, on nous dit que maintenant on doit payer 800 dollars local ( plus de 250 euros !!!). Yann, ça le rend fou qu’ils ne nous aient pas prévenu, et il commence à s’embrouiller avec la dame de l’accueil. Entre temps, le médecin revient pour me dire qu’il n’y avait rien sur le résultat de la prise de sang et que je peux rentrer chez moi ! J’essaie de lui dire en vain que moi, je ne me sens pas bien, que je viens de revomir, que je suis encore sous doliprane et que ma fièvre va donc bientôt remonter. Rien à faire, pour lui tout allait bien, il finissait à 16h et a quitté le service. Le problème est que 10 min après son départ, la fièvre remontait, et personne ne s’occupait de moi !!! Je l’ai compris après, le médecin étant parti, le personnel présent n’était pas habilité pour me donner des médicaments, mais c’est quoi ces urgences ? ! Du coup, j’ai du monté à plus de 40, j’ai eu mes premiers spasmes (je tremblais de partout de façon incontrôlée) mais pas de panique, selon le médecin, j’allais bien ! Avec le recul, on s’est également dit qu’il était impossible d’avoir des résultats sanguins au bout de 10 minutes, tout ça n’était que mensonge, c’est assez inimaginable mais c’est ce qui est arrivé ! Yann ne voulait pas payer, alors la dame à l’accueil a fait débarquer la police à l’hôpital ! Cette même femme, après m’avoir dit de ne pas boire pendant ma perfusion alors que c’était complètement inutile (et que c’était pour moi, déshydratée, une vraie torture), ne me parlait pas, je n’avais aucune réponse à mes questions (ai-je eu un doliprane, pourquoi ces spasmes…) a fini par m’enlever ma poche de réhydratation avant qu’elle ne soit finie car Yann faisait des histoires !! La police a été beaucoup plus compréhensible, les deux policiers comprenaient notre désarroi tout en nous expliquant qu’ici c’était comme ça car on était dans une clinique privée, l’hôpital à l’américaine ! L’un nous a d’ailleurs dit qu’il ne viendrait jamais dans cette clinique, nous demandant pourquoi nous n’avions pas été à l’hôpital public, et l’autre nous a expliqué que l’un de ses enfants était né ici, et que ça leur avait coûté très,très cher !! Une vraie infirmière est ensuite arrivée, elle m’a enfin donné un doliprane, expliqué la situation (j’ai eu un anti vomitif qui fera effet pendant 8h, mais je n’en ai pas besoin d’autre car je vais bien…) et on nous a renvoyé chez nous, après que l’on ait payé bien-sûr !! Les flics nous ont ramené jusqu’à notre annexe, nous on était content, au moins on ne payait pas le taxi !!

Et 8h après, je revomissais, remontais à plus de 40 de fièvre avec de nouveaux spasmes. Là, on a vraiment commencé à flipper et nous nous sommes rendus, avec Yann et Hélène, à l’hôpital public pour qu’on me prenne en charge. J’étais de nouveau très déshydratée, au bout du bout ! A tel point que de me retrouver dans un dortoir avec 6 lits, seulement séparés par des draps en cas de soin, j’en étais satisfaite, en tout cas soulagée qu’on s’occupe de mon cas. Bon, ça n’a pas été facile pour autant. Lorsqu’on se retrouve hospitalisé à l’étranger, on se rend compte à quel point nous sommes bien lotis en France au niveau santé, vraiment bien lotis. A l’hôpital public de Saint Georges, le patient doit tout amener avec lui : coussins, draps, serviettes, savons, papiers toilettes, et même l’eau !! J’ai du demander à 3 aides-soignantes différentes pour me trouver un pauvre coussin et un drap, j’ai eu le droit à un rouleau de papier toilette, je ne le savais pas à ce moment là mais c’était un luxe ! Ce qui m’a également surpris, c’est qu’il n’y avait rien pour appeler les infirmières en cas de besoin, pas moyen d’appeler au secours, je trouvais ça limite dans un hôpital, et je n’avais pas vraiment tort. Le 2ème jour, j’ai eu de nouveau une montée soudaine de fièvre alors que j’étais sous doliprane et mes spasmes ont recommencé, mais de façon plus violente, à me faire mal aux dents tant ma mâchoire claquait fort ! J’ai tenté d’appeler les « nurses » (infirmières en anglais) mais personne ne m’a entendu !! Je suis restée 10 minutes comme ça, jusqu’à trouver la force de me lever pour que quelqu’un me voit. Deux nurses sont venues, elles m’ont pris la tension et elles ne croyaient pas au résultat. La première a demandé à la seconde de reprendre ma tension, et ainsi de suite à plusieurs reprises pour finir par demander qu’on me fasse venir de l’oxygène !! Je ne comprenais pas ce qui se passait mais pas la peine de vous dire que j’étais en grosse panique. La fièvre me brûlait la tête, j’avais vraiment l’impression que j’allais griller tous mes neurones, et surtout, j’ai cru que j’allais y passer. Quelle expérience… J’ai quand même passé la nuit avec un appareil respiratoire dans le nez ! Le lendemain, Hélène et Yann m’ont retrouvé dans un état de déprime élevé. Hélène (comme Yann) venait me voir tous les jours, vraiment, elle a été superbe pour moi, elle faisait le relais entre moi et le personnel, elle maîtrisait bien mieux les termes médicalisés en anglais que moi.

J’ai donc, à la différence de la clinique privée, eu l’explication de ce qui c’était passé : mon corps avait réagi à l’antibiotique qu’on m’avait donné, une réaction d’auto défense, donc en fait c’était plutôt bon signe, je ne mourrais pas je survivais !! C’est ma tension qui avait monté et pas chuté, sûrement accentuée par le stress. Le médecin qui me suivait m’a changé d’antibiotique et par la suite je n’ai plus eu de montée de fièvre. Donc suite à cet épisode cauchemardesque, j’étais sortie d’affaire ! C’est comme avec l’accouchement, c’est quand tu te dis que tu n’en peux vraiment plus que c’est la fin, le bébé arrive !!

Bref, que de péripéties, ce n’était vraiment pas facile de se comprendre avec les nurses, elles avaient pour beaucoup un sacré accent (on parle anglais à Grenade), avec en plus le choc de nos cultures. On a un rapport vraiment différent à la douleur. Nous les français on passe pour des chochottes à exprimer ce qui nous fait mal, à pleurer si ça ne va pas. Les femmes ici ne se plaignent pas et tout le monde rigolait dans l’hôpital lorsqu’une vieille femme gémissait, ça fait bizarre au début quand même ! Ma première voisine d’en face était un peu folle et hurlait une bonne partie de la nuit, insultait les nurses, leur cracher même dessus, y’avait de l’ambiance !

Vue de mon lit !

Je n’ai pas précisé non plus que je suis entrée à l’hôpital quelques jours avant Noël, cela n’a pas aidé pour avoir mes résultats d’analyse dans les meilleurs délais, et surtout, j’ai passé Noël à l’hôpital !! Ça a le mérite d’être original, je m’en rappellerai, mais c’est aussi un peu triste, je ne vais pas le cacher !

Attente dans le couloir…

J’ai bien failli ne même pas voir mes enfants puisqu’ils étaient interdits dans le service, on a un peu forcé les choses,à la française,et j’ai pu les voir à l’entrée. Les enfants n’ont pas semblé être trop perturbé, ça m’a rassuré, ils étaient bien entourés. Ben les a beaucoup gardé, mais aussi le voilier « Ia Orana » avec leur 4 enfants, c’était une chance qu’ils soient toujours avec nous car lorsqu’ils jouaient avec les copains, Noanne et Titouan oubliaient que leur maman était à l’hôpital ! Hélène et David (voilier Akka) étaient présents aussi, puis Renaud qui arrivait de Cariacou pour nous rejoindre. Merci à tous de nous avoir soutenus, c’est beau la solidarité !!

Là, les photos, ce n’est pas moi qui les ai prises, je n’étais pas là !! Merci Anne-Laure pour le partage :

J’ai passé une semaine à l’hôpital. Les derniers jours, j’allais mieux, je tentais de reprendre goût à manger tout en me retrouvant en face de quelqu’un (ma nouvelle voisine d’en face) qui vomissait tous les 5 minutes… Bon appétit ! Bref, j’aurais encore plein d’anecdotes sur mon séjour à l’hôpital mais bon, faut passer à autre chose !

En tout cas, le médecin ne pensait pas à la dengue lui, et les résultats sanguins lui ont donné raison, j’ai donc choppé une bactérie puisque ce sont les antibiotiques qui ont stoppé la fièvre. Le médecin pensait à la légionellose même si je n’ai pas le profil, et on n’a jamais pu le vérifier… Donc je ne saurais jamais vraiment ce que j’ai eu, une bactérie difficile à détecter dans le sang, j’ai fait fort sur ce coup là ! Ça a été un sacré parcours du combattant jusqu’au bout car je suis sortie sans mes résultats d’analyse et sans payer (n’étant pas résidente à Grenade, il ne savait pas quoi me faire payer) ! J’ai du revenir pour payer, plutôt original comme situation, il a même fallu que je fasse plusieurs bureaux et limite que j’insiste pour enfin avoir une facture et pourvoir les régler ! Mais au final, une semaine à l’hôpital public ne m’a coûté qu’un peu plus cher que 2 heures passées à la clinique privée !! Et Grenade est réputée par son école de médecine, le médecin en charge de mon cas a été formé à Cuba, soit disant une des meilleurs écoles de médecine au monde… Bref, je n’étais pas au pire des endroits, j’ai eu la chance d’être tombée sur un bon médecin et d’avoir été entourée, notamment par Hélène.

Dessin que m’a amené Noanne à l’hôpital puis elle me dira : « je me suis trompée sur le dessin car on n’a pas pu te voir dans ta chambre ! »

J’ai été encore bien fatiguée pendant une semaine après mon retour de l’hôpital et dès que je me suis sentie un peu mieux, on a quitté Grenade. On avait besoin de changer d’air, bouger le bateau… Il fallait passer à autre chose ! Comme ma philosophe de maman me l’avait dit : « Il faut croire en la vie », c’est alors que la vie nous a « récompensés » de cette période difficile.

On est revenu à Carriacou, petite île au nord de Grenade, qui nous avait déjà bien plu mais où l’on n’avait pas pu jouer puisque notre vidéoprojecteur ne marchait plus. A peine arrivés, Ben et Yann ont trouvé, un peu par hasard, plusieurs plans payés pour jouer dans les bars. En quelques jours, ils sont devenus des stars !! Leur duo accordéon/saxo est super original ici, ça plaît trop ! Un des restaurants, le « lazy turtle », les a fait jouer un samedi soir, et ça a tellement marché qu’ils les ont refait jouer dès le lendemain !

On a également joué Ciné SearCus et on a réussi à faire venir une centaine de personnes, certains nous ont dit n’avoir jamais vu autant de monde dans un bar à Tyrell Bay !! On a eu un beau chapeau, et plein de compliments ! On était assez content car dans la semaine, on avait trouvé une salle pour répéter et on avait apporté quelques changements au spectacle qui ont porté leurs fruits !

Tout pour dire qu’on n’arrive pas à quitter Carriacou ! Depuis le début du voyage, Ben insiste pour que l’on s’organise une résidence pour bosser le spectacle et enfin, là, on trouve une salle, la belle aubaine ! De plus, les gars jouent au minimum deux fois par semaine dans les bars, ce qui rapporte un peu de sous et ce n’est pas négligeable pour nos finances toujours ric-rac. Et pour couronner le tout, Renaud nous aide pour tourner de nouveaux films ! Renaud, sur son voilier « Seafox », c’est celui qui est parti de Pontrieux avec la première équipe de Ciné SearCus en 2014 (Dominao ayant fait un faux départ en repoussant le voyage à 2015). On l’avait recroisé aux Canaries, et comme il est réalisateur de documentaire, il nous avait déjà filmé. Là, il me permet de lâcher la caméra et de me retrouver dans les nouveaux films de Ciné SearCus (je vous en dirai plus dans un autre post) !

Voilà, après vous avoir accablé de mes déboires, je finis sur une bonne note, non ? Et puis au final, cette aventure hospitalière me fera une autre sacrée expérience de voyage, différente certes, j’aurais même préféré l’éviter, mais au moins j’aurais voyagé différemment, ce n’est pas notre but ? On nous avait tant parlé de Grenade, une île à découvrir… Je n’aurai pas fait une balade dans l’île mais je serai sortie des sentiers battus pour aller m’immerger avec la population locale ! Je me suis même dit que mon expérience à la clinique privée m’avait aidé à accepter les conditions de l’hôpital public. Sinon j’aurais peut être craqué, et demandé à aller dans une chambre privée (car il existe également une aile privée au sein de l’hôpital, d’ailleurs j’étais le seule blanche de tout le service) et ça nous aurait sûrement coûté très cher… Bref, mieux vaut voir le bon côté des choses, toujours plus facile à analyser une fois que c’est fini !!

Voilà, j’aurais longuement tergiversé sur mon séjour à l’hôpital, j’ai donc, pour raccourcir mon récit, zappé plusieurs autres épisodes de notre vie voyageuse, mais on ne peut pas tout raconter, surtout après 2 mois d’absence !

Dans toute cette histoire, j’allais même oublier de vous fêter la bonne année ! On n’est pas très bon en solennité mais comme j’ai réussi à écrire ce message avant la fin du mois de janvier, Ciné SearCus peut donc encore vous souhaiter une joyeuse nouvelle année ! On espère bien que 2018 vous permettra de concrétiser vos désirs les plus fous !

De notre côté, ce sera une année de grand changement, avec notre retour en terre bretonne ! Mais d’ici là, on compte encore bien profiter de notre voyage aux Antilles ! On a pris une grosse claque dans notre planning, mais bon, c’est notre première résolution 2018 : on s’en fout, tant qu’on se fait plaisir et qu’on avance dans nos projets ! On compte toujours rejoindre « Barca Circus » en Martinique, maintenant on se dit courant février (mais tout peut changer en bateau!). Paolo et Sandra sont eux sur le point de quitter Mindelo pour la transat…

Bon début d’année à tous, on vous dit à bientôt pour d’autres nouvelles, j’aimerais vous en donner plus régulièrement mais j’ai trop peu de temps pour moi en ce moment et ça ne devrait pas s’arranger… Mais c’est bon signe, c’est qu’il se passe des choses chez « Ciné SearCus » !

Et pour avoir plus souvent des nouvelles de nous, vous pouvez liker (en cliquant sur j’aime) notre page facebook www.facebook.com/cinesearcus. On alimente plus souvent la page pour donner nos dates de spectacles…

On vous embrasse,

Yann, Pauline, Ben, Noanne, et Titouan

PS : L’envoi des cartes postales pour la participation à notre projet de financement participatif est en cours, en commençant par les premiers contributeurs. Soyez donc patients, j’étale ça sur les mois qui viennent pour ne pas me retrouver à écrire 20 cartes par jour !! Et pour les tee-shirts, on les enverra à notre retour ou on vous les offrira en main propre ! Merci de votre compréhension…

PPS : je ne peux pas écrire un message sur les Antilles sans y ajouter des photos paradisiaques !! Celles-ci ont été prises la semaine dernière à « Paradise Beach », endroit qui porte bien son nom…

Et en face de « Paradise Beach » se trouve « Sandy Island », où l’on a tourné un petit film sous l’eau qui fait maintenant parti du spectacle, on vous le fait découvrir en exclusivité !!!

 

Publié dans Antilles 2018, Ciné SearCus 2018 | 2 commentaires