LE COLLECTIF !!

Bonjour à tous,

vu la fin de mon dernier message, je me suis vue dans l’obligation de continuer mes réflexions sur Ciné SearCus et son avenir ! Comme tout projet collectif, et qui plus est en voilier, son avenir est bien incertain, mais c’est ça qui en fait aussi sa beauté !

IMG_9775De nouveau un mois s’est écoulé depuis mon dernier message, j’ai mis quelques temps pour pouvoir écrire celui-ci alors depuis, beaucoup de choses se sont passées… Que raconter ? Où commencer ?

On a réussi tant bien que mal à retrouver nos deux équipiers Surya et Gros Ben, d’abord à Vilagarcia puis nous sommes partis à O’ Grobe, ENFIN ! O’ Grobe était pour nous un symbole, depuis la Bretagne il était question qu’on se retrouve là-bas pour jouer le spectacle. L’an passé la première cession Ciné SearCus (avec le voilier de Paolo et Sandra et celui de Thierry) avait fait de chouettes rencontres dans ce petit village galicien (dans la baie d’Arousa) et y avait joué un petit spectacle.

Finalement, pour la seconde cession Ciné SearCus, il en a été tout autre. Nous avons décidé d’arrêter le spectacle à 4 que l’on a présenté lors de notre tournée bretonne, et ceci pour de multiples raisons qu’il me sera difficile de résumer en quelques lignes et par écrit…

Nous sommes confrontés à beaucoup de contraintes qui ne nous ont pas données envie de continuer le projet sous la forme qu’on l’avait conçue cet hiver à Pontrieux. Vivre au quotidien avec 2 équipiers (qui sont là pour faire du spectacle) et 2 enfants sur un même bateau (qui ne fait pas 15m avec 4 cabines), c’est difficile ! Après 3 mois de tournée bretonne, on ne se voyait pas continuer avec ce même rythme, en y ajoutant cette fois un changement de pays (donc de langue), un changement de saison (fini la saison touristique où l’on peut jouer partout tout le temps avec un public en vacances), la navigation et le stress qui en découle, etc, etc !! Yann et moi préférons nous recentrer sur notre voyage, le bateau et la famille, tout en gardant notre projet, mais sous une forme plus légère. On va recadrer le projet autour des projections de films, avec la partie « searcus » qui sera plutôt présente entre les courts-métrages, plus ou moins importante selon les personnes présentes. Le but pour nous aujourd’hui est d’être un maximum autonome pour ne pas avoir besoin de la présence de même équipiers en permanence sur notre bateau. On imagine plutôt des bateaux-stoppeurs venir partager un temps avec nous, ou d’autres bateaux rencontrés au cours du voyage, comme en ce moment avec Hobo, Bule Doych et Nikolaïska.

Lorsqu’on a monté le projet Ciné SearCus, on l’avait écrit à 3 voiliers pour éviter justement ce trop plein sur un même bateau, mais la vie en avait décidé autrement ! Et puis il faut bien souvent vivre les choses pour pouvoir les analyser ensuite. Toute personne même tout à fait apte à vivre en collectif aurait des difficultés à partager son quotidien, quand il est aussi restreint ! On ne veut pas dire que c’est impossible, on a bien rencontré Bule Doych à 3 dans un 8m50 ou d’autres à 5 dans un 10m50, mais ce sont tous des gars de 20 piges !

DSC03661IMG_9628

Il faut aussi vous avouer que nous n’avons pas été aidé ces derniers temps point de vue vie collective… A notre demande (au départ pour traverser le Golfe de Gascogne), Thierry (capitaine du 3ème voilier au départ du projet Ciné SearCus) est venu partager un temps avec nous sur notre bateau, et ça s’est mal fini. Ce n’était pas le bon moment pour nous d’accueillir une nouvelle personne à bord, et pour ne pas faire de prises de têtes inutiles, on a préféré ne rien dire, quelle erreur ! On trouve toujours des excuses pour ne pas dire en face ce qui nous dérange chez l’autre : « ça sert à rien, il s’en va dans deux jours », « c’est un pote, on va pas se brouiller pour ça », MAIS NON, il faut toujours se dire les choses !! Car bien souvent, ça finit par sortir car on n’en peut plus, et alors ça pète !!

Bref malgré tout, nous avons pu tirer des leçons de cette mauvaise expérience, comme ne pas reproduire cette situation avec nos 2 équipiers ! Nous sommes partis du fait qu’il fallait mieux garder les bons moments, rester sur les éléments positifs, comme la tournée bretonne ! Il fallait mettre un terme à cette première étape du voyage, tout en se quittant sur de bonnes bases, et c’est ce qui s’est passé, forte heureusement !

Surya nous a quitté à O’ Grobe, il pense continuer en bateau-stop pour traverser l’Atlantique en fin d’année. Ben venant de nous retrouver en Galice reste avec nous jusqu’aux Canaries, dans le but aussi de revisiter le spectacle pour en faire une version plus courte, plus simple, où Yann et moi pourrions être autonomes. Nous avons retrouvé Fabien à Bayona qui a racheté le voilier Hobo d’Angel et Marin de Pontrieux. Voyageant tout seul, il a embarqué Ben à bord pour soulager notre espace de vie (et aussi car je recevais ma sœur Louise et son copain Guigui pendant 15 jours).

Voilà pour cette partie explicative peut-être pas très compréhensible pour tout le monde, mais pour les gens qui suivent le projet Ciné SearCus de près, des petites précisions s’imposaient ! Ciné SearCus est un essai de projet collectif en bateau, en même temps qu’un concept, qu’un spectacle ; il a évolué et est amené à évoluer encore. Yann et moi portons ce projet depuis le début, on a encore envie d’y croire et d’essayer tant bien que mal de le faire vivre, mais ce qui en découlera : Inch’ Allah !

Pour marquer le changement d’étape dans le projet, on a organisé une projection de courts-métrages à Baiona, avec l’énergie des potes des voiliers Bule Doych, Hobo, et Nikolaïska. Ce fut notre dernière escale galicienne, et lors de notre premier voyage avec le bateau-cinéma, nous y avions déjà organisé une projection. Nous sommes arrivés un mercredi, sommes allés faire notre demande à la mairie le jeudi pour le samedi, le délai était court ! L’adjointe à la culture était très cordiale mais ne croyait pas trop en la possibilité d’avoir du public un soir en octobre sans publicité au préalable… elle avait un peu raison ! Nous avons eu l’autorisation de jouer sur la place en face de la Caravelle de Christophe Colomb « la Pinta », et c’était au final un bon moment ! Gros Ben a fait son crieur de rue en espagnol, Yann son « solo » de flute, moi mon faux discours, et c’était déjà pas mal ! Y’avait quand même un petit public heureux, l’ambiance était sympa !

Nous avons ensuite de nouveau passé 3 jours sous la tempête, puis nous avons largué les amarres pour nous rendre au Portugal !

Qui a eu le culot de s’amarrer en plein centre ville de Porto, sur les quais de la Ribiera, et le tout gratos ? Dominao !! Dans ces moments là, on ne peut être que trop heureux de naviguer en bateau ! Arriver à Porto par la rivière du Douro, c’est trop magnifique ! Et passer les apéros sur le bateau devant le pont le plus touristique de Porto, trop la classe !! On avait ouï dire qu’il était possible de s’amarrer gratos sur un quai en plein centre de Porto, on n’avait pas envie d’aller au port de Leixoes, pas cher mais trop loin de Porto, ni de payer la marina près du centre, alors on a tenté, on a osé, et on l’a fait ! On a eu de la chance de tomber sur un portugais qui parlait français et qui passait par hasard sur les quais. Il a gentiment négocié pour nous avec le capitaine des bateaux touristiques car au départ, c’était pas gagné ! Il ne voulait pas qu’on reste là car un gros bateau à touristes devait s’amarrer sur ce même quai et n’avait plus de place à cause de nos deux voiliers. On s’est alors mis à couple et c’est passé !

L’envie était bien présente de faire une projection de films sur les quais, on avait l’emplacement rêvé ! Mais le lendemain de notre arrivée était organisé un marathon juste devant le bateau, avec barrières, grosse musique… et le sur-lendemain, de la pluie toute la journée. Tant-pis pour la projection, on restera sur une escale festive et touristique, ça fait du bien aussi ! Et puis le bilan du moment était de mettre la priorité sur la météo, alors quand le temps le permet, on avance vers le sud !

Péniche

Péniche

Après 2 jours et demi à Porto puis 28h de navigation, nous sommes arrivés à Péniche mercredi dernier. On avait prévu d’y passer la nuit et de repartir pour Lisbonne mais on a craqué sur le charme de cet endroit. Et puis y’avait pleins de jeunes au ponton, ça change de tous ces ports où on se sent comme des intrus avec notre bateau bricolé. Et puis une énième dépression s’annonçait et on a préféré la passer ici plutôt qu’à Lisbonne où le port serait plus cher. Financièrement c’était sûrement une bonne idée, par contre le port n’était pas du tout abrité pour un coup de vent du sud-est et cela nous a valu de vivre une sacré tempête au port ! Ça bougeait tellement qu’on se croyait en mer, on a eu d’énormes rafales, on avait un bon force 9, y’a 4 bateaux qui ont déchiré leur génois, nous et d’autres avons pété des amarres, c’était complètement incroyable ! Mais on était heureux de pouvoir vivre un coup de vent amarré dans un port, dans ces cas-là on se sent tout petit face à la force de la nature et on flippe moins accroché à un ponton ! J’ai pris quelques images de la tempête mais je ne suis pas sûre qu’on puisse se rendre compte de la situation, sachant que certaines images n’ont pas été prises quand ça soufflait le plus. Mais ça peut tout de même vous donner une petite idée :

Restant une semaine à Péniche, on avait envie d’organiser une projection pour le samedi. A la mairie, ils étaient réceptifs à notre projet mais complètement dépassés par la compétition de surf (supertubos) qui s’organisait dans leur ville le mardi suivant, pas de chance ! Le délai était donc de nouveau trop court et de toute façon c’était sans regret, car la tempête est arrivée le samedi !! On nous a malgré tout prêté une salle pour répéter, ce qui n’était déjà pas mal ! On a embarqué toute la ribambelle de bretons avec nous et on s’est improvisé des nouveaux numéros entre les courts-métrages qu’on va pouvoir présenter à Lisbonne.

Répétition dans le centre de Péniche

Répétition dans le centre de Péniche

Grâce à Plume (qui a pris contact avec nous après avoir rencontré John qui a racheté le bateau de Jean-Jacques à Pontrieux), une française installée à Lisbonne, on a quelques contacts pour jouer dans des bars de la capitale, il faut qu’on assure ! La météo montrait peut-être une ouverture possible pour nous rendre à Madère mais comme d’habitude, nous sommes rattrapés par nos envies ! Notre désir de faire vivre un peu le projet sur notre route est trop fort, là on a des opportunités et 3 bateaux qui nous suivent, on veut en profiter ! Je me rend bien compte en écrivant qu’on ne fait pas forcément ce que l’on dit ! On prend de sages résolutions (réduire la voilure du projet, suivre prioritairement la météo), on parle de se recentrer sur nous-même et on se retrouve avec 7 nouvelles personnes et 3 bateaux ! Mais on reste dans la simplicité et l’énergie de groupe, gardons ce qu’il y a de positif dans le collectif ! De plus, c’est du temporaire et chacun reste très indépendant, ça facilite l’organisation.

Depuis la rédaction de ce message, nous sommes arrivés à Lisbonne, d’abord au mouillage à Cascais puis à Alcantara, où l’on a de nouveau décidé de squatter un quai car nos tentatives de négociations avec les ports portugais se sont avérées totalement infructueuses ! La vie en voilier, ça coûte cher si l’on veut le confort d’un port, ça plait pas des masses à nos petites finances alors quand on peut, on fait les pirates ! On joue ce soir dans un lieu collectif alternatif qui s’appelle RDA, dans le quartier Alfama, et pour descendre le matos du bateau pour aller jouer, il nous fallait mieux un quai pas trop loin du centre, et l’a trouvé. Lisbonne sera notre dernière escale avant de nous rendre sur l’île de Madère, mais savoir quand une belle fenêtre météo s’offrira à nous, ça, on ne peut le dire. Patience !

A bientôt !

Pauline et toute la famille Ciné SearCus comme dirait Noanne !

Ce contenu a été publié dans Ciné SearCus 2015. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à LE COLLECTIF !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.